Le Weboscope du mardi 8 juin

08/06/10 à 12:59 - Mise à jour à 12:59

Où l'on pleure le décès de Brian Duffy et le Everyday The Same Dream live mais rions de Lady Gaga et Justin Cronin.

Le Weboscope du mardi 8 juin

Où l'on pleure le décès de Brian Duffy et le Everyday The Same Dream live mais rions de Lady Gaga et Justin Cronin.

Son décès est un peu passé inaperçu au milieu de l'hécatombe plus médiatique de la semaine dernière mais le 31 mai dernier nous quittait également Brian Duffy, photographe emblématique des années 60 et 70. Principalement actif dans la mode et la pub, l'homme avait photographié la plupart des rock-stars de l'époque et livré à l'imaginaire pop quelques-unes de ses plus grandes icones, parmi lesquelles des célèbres pochettes d'albums... Aladdin Sane de Bowie, notamment. Son portfolio on line aligne quelques légendes!

http://www.duffyphotographer.com/duffy_website.html

Encore une adaptation ciné de jeu vidéo? Oui mais très spéciale. Seni Kovski s'est en effet attaqué à transposer en court-métrage le Everyday The Same Dream des activistes on-line de Molleindustria; un " jeu " qui se voulait surtout une réflexion sur l'aliénation induite par la vie moderne. Si l'intention est louable et le résultat somme toute intéressant, on se permettra tout de même d'estimer l'adaptation ratée. Principalement parce qu'il y manque une bonne partie de la poésie dépressive originelle: les embouteillages, le clochard, les feux de signalisation, la vache, le patron hystérique et, surtout, la musique à se flinguer! Le réalisateur évoque le manque de moyens. Travailler plus pour gagner plus, qu'on lui répondra!

http://www.ecrans.fr/Tous-les-jours-le-meme-reve,10056.html

Des réflexions sur Lady Gaga, on en a lu et entendu des tonnes et comme on a en ce moment les oreilles plongées dans Autechre et The Gun Club, on ne peut pas dire que l'on se soit senti très concerné. Sauf ici, dans cet exposé de mauvaise foi, d'érudition pop, de militantisme goguenard et de pur bitch talking signé Didier Lestrade, qui nous a, lui, carrément fait rire aux éclats. Attention, il y a malgré tout de vrais morceaux de pertinence dans la tambouille voulue rigolote.

http://didierlestrade.blogspot.com/2010/05/loverdose-gay-de-lady-gaga.html

Justin Cronin a écrit, dit-on, un super bouquin, intitulé The Passage. Salon, entre autres, le défend et le conseille sans retenue. Il raconte l'histoire de survivants dans un monde apocalyptique infesté de vampires. Ce n'est pas un pulp, ce n'est pas un petit roman de science-fiction. C'est de la " grande littérature " s'appropriant des thèmes bis à la mode. Avant tout jugement définitif, on attendra évidemment d'en avoir terminé la lecture. Par contre, ce qui semble déjà clair, c'est que sans le succès tant public (des millions d'exemplaires vendus) que critique (le Pulitzer 2007) que stratégique (vente des droits à Hollywood...) de La Route de Cormac Mc Carthy, ce n'est pas sûr qu'on aurait permis à un " auteur sérieux " de s'attaquer à un tel sujet. Bref, sans juger de la qualité de l'oeuvre de Cronin, on peut donc craindre qu'elle annonce une véritable mode accouchant de livres aussi incongrus qu'un Jean d'Ormesson avec des loups-garous, un Umberto Eco sur la zone 51, voire même un Marek Halter au Loch Ness. Meuhh, non? Mais évidemment que meuhh oui. On est prêts à parier, même...

http://www.salon.com/books/what_to_read/index.html?story=/books/laura_miller/2010/06/06/the_passage

Serge Coosemans

Nos partenaires