Le Weboscope du jeudi 18 mars

17/03/10 à 17:15 - Mise à jour à 17:15

Où le merchandising foireux fait bien rire, ça spécule à Hollywood et Jaco Van Dormael balance.

Les joies du merchandising, ses errances surtout, sont toujours source de franche bonne humeur. Videotopsy nous le rappelle dans un post déjà ancien, où le polochon Superman invite par inadvertance les jeunes garçons à se troubler, E.T. L'extra-terrestre ami des enfants orne un verre de cette téquila en Amérique pourtant pas très recommandée aux moins de 21 ans et une petite machine de poche vous permet de parler comme Tony Montana. Dis bonjour à mon petit ami.

http://videotopsy.blogspot.com/2010/01/produits-derivants-jouets-pas-tres.html

Sur le même sujet, on vous remonte un autre post de blog qui date lui non pas de janvier de cette année mais carrément de 2008!!! L'opération flemmardo-archéologique en vaut toutefois largement la chandelle : vous y apprendrez (ou vous vous rappellerez) notamment de la merveilleuse histoire du partenariat ourdi par les producteurs du film Babe (petit cochon qui ne veut pas aller à l'abattoir!) avec... les restaurants Mc Donald's, qui n'ont rien trouvé de mieux au lancement du film que de proposer des hamburgers au bacon à ingurgiter par douzaines en échange de peluches reprenant les principaux personnages de l'histoire !!!

http://rafik.blog.toutlecine.com/6421/Les-Rates-du-merchandising/

Serait-ce une nouvelle illustration de l'écart gigantesque se creusant entre banquiers, spéculateurs et petit peuple? Bientôt la révolution rouge et en l'attendant, des moqueries de plus en plus acerbes? Au Weboscope, où l'on s'estime tout de même relativement calé à l'exercice de prévoir les fours et les cartons, on hallucine en tous cas complètement à l'idée qu'il va désormais exister de la spéculation boursière se comptant à plus de 6 chiffres autour des films à venir, surtout ceux auxquels à part leurs producteurs, personne ne semble croire. Que de drames madoffiens en perspective... Mais aussi, si l'idée se décline un jour en paris chez Ladbroke, que de fins de moins carrément aisées en lieu et place de notre légendaire précarité de pigiste!

http://www.ecrans.fr/Quand-Hollywood-se-met-en-scene-en,9437.html

Dommage que cela se termine gnangnan façon " ces méchants capitalistes mangeurs d'enfants contre l'artiste, cet homme libre et lumineux " mais voici une interview très intéressante où Jaco Van Dormael balance (et pas qu'un peu!) sur les coulisses plutôt économiques de son dernier film, sorti hier sous le format " director's cut ".

http://www.lesoir.be/channels/cinema/2010-03-17/van-dormael-a-ete-contraint-a-raccourcir-son-mr-nobody-759111.shtml

Serge Coosemans

Nos partenaires