Le Ballet de Marseille fait vibrer Bruxelles du 9 au 11 décembre

02/12/10 à 12:06 - Mise à jour à 12:06

Le Ballet National de Marseille s'invite à Wolubilis du 9 au 11 décembre. L'occasion de découvrir trois nouveaux programmes toujours plus éclectiques et de qualité.

Le Ballet de Marseille fait vibrer Bruxelles du 9 au 11 décembre

© Verchere

D'abord, les spectateurs pourront s'immerger dans le style minimaliste de Lucinda Child. Avec Tempo Vicino, elle nous présente une chorégraphie abstraite rythmée par la musique de John Adams, Son of Chamber Symphony. Un morceau qu'elle a longtemps décortiqué pour définir le rôle de chaque danseur en fonction de la structure de la musique. Seize danseurs occupent la scène, parfois tous ensemble parfois en couple. Le programme est divisé en trois mouvements, comme pour un concerto. Pas de héros, pas d'histoire à suivre, juste un moment rempli de mélancolie et d'émotions.

Narcisse, l'homme amoureux de son image est revisité par Frédéric Flamand. Avec la magie des écrans et de la technologie, il découvre les possibilités infinies de son double virtuel. Ennuyé par les contraintes d'ici et maintenant imposées par son corps réel, il développe une réelle fascination pour ce double technologique. Mais quand son image adorée se révolte et revendique son indépendance, cela donne un affrontement des danseurs et de leurs propres représentations dans une chorégraphie puissante et pleine d'inventivité.
Après avoir dirigé le Ballet National de Wallonie (qu'il renomme Charleroi/Danses), Frédéric Flamand est nommé directeur général du Ballet National de Marseille en 2004. Le belge nous revient avec son nouveau spectacle, Le Trouble de Narcisse, toujours placé sous le signe du lien entre la danse et les autres disciplines artistiques.

Le Vertige de l'immobilité, c'est une musique de Bach combinée à une chorégraphie pour évoquer le temps qui passe, l'urgence constante dans laquelle nous vivons. Cédric Oberdoff part d'une simple observation du monde. Pour lui, notre société devient dépendante de la vitesse et du flow infini d'informations. Nous demandons toujours plus aux machines et voulons une satisfaction quasiment instantanée de nos désirs. Il choisi d'évoquer cette vitesse avec une chorégraphie composée exclusivement d'hommes. Les mouvements ne s'inspirent pas seulement du ballet mais aussi des arts martiaux comme le karaté. Le Vertige de l'immobilité, un regard au ralenti sur ce temps qui passe toujours un peu trop vite ...

Des spectacles de deux heures qui vous feront voyager aux pas de danses du merveilleux Ballet de Marseille. Trois chorégraphies incontournables qui seront présentées en trois jours, du 9 au 11 décembre, au centre Wolubilis de Woluwe-Saint-Lambert.

Céline Sohier (Stg)

En savoir plus sur:

Nos partenaires