La NASA décerne à 2012 le titre de pire film de SF de l'histoire!

03/01/11 à 09:09 - Mise à jour à 09:09

Où Mauro Pawlowski serait le seul génie belge, les damnés de la terre lisent les cocos en comics, la NASA n'aime pas 2012 et la microhouse d'Isolée se porte toujours bien.

La NASA décerne à 2012 le titre de pire film de SF de l'histoire!

Mauro Pawlowski. Faut s'y faire, les gens. Si on tient dans notre royaume en phase d'évaporation, une personnalité musicale de premier plan sortant un peu des sentiers battus et rebattus, ce n'est pas chez John Stargasm, Sharko, Stromae, le Pope of Dope ou Redboy qu'elle se trouve. C'est chez Pawlowski. Un gars certainement pas aussi taré que ses idoles et ses modèles avérés mais certainement l'un des seuls rockeurs belges, sinon le seul, à pouvoir être perçu comme répondant à quelques critères définissant une certaine idée du génie. C'est du moins la théorie défendue par le critique français Lelo Jimmy Batista sur son blog, à laquelle il est permis de ne pas totalement souscrire (question piège : qui a besoin de Radical Slave quand The Fall sort quasi deux albums par an?). Au fait, vous ne trouvez pas qu'il ressemble de plus en plus à Al Pacino période Serpico, le Mauro?

http://surtestripes.blogspot.com/2010/12/unshaken-genius-of-mauro-pawlowski.html

Le Manifeste du Parti Communiste en comic book. Déjà disponible en anglais. Versions françaises et allemandes dans le courant 2011. Marrant : le capitalisme y a les traits de Docteur Doom. Et la lutte des classes prend des airs de scènes de révolte dans V for Vendetta. Bref, niveau artistique et créatif proche de zéro. Il est vrai que le but n'était pas de faire une jolie bédé mais bien d'éduquer les masses, "de rendre le texte disponible pour un nouveau public ", selon les propres mots de l'éditeur canadien. Un rouge, un fourbe, une pourriture collectiviste, forcément...

http://www.ecrans.fr/Le-Manifeste-du-Parti-comic-book,11668.html
La NASA, soutenue par Dustin Hoffman, se lance dans un lobbying hollywoodien afin de voir davantage produits de films de " bonne " science-fiction. L'institution scientifique américaine n'est pas tendre au moment de jouer les critiques ciné : seuls Blade Runner et Gattaca s'en tirent avec les honneurs. A l'autre bout du hit-parade : 2012, de Roland Emmerich, non seulement considéré comme totalement idiot d'un point de vue scientifique mais aussi carrément abject puisque jouant sur une peur bien réelle chez un certain nombre de gens, celle d'une apocalypse qu'il n'y a en fait aucune raison de craindre. Du moins, pas pour le 21 décembre 2012.

http://www.worstpreviews.com/headline.php?id=20183

Pondre des tubes house, ce n'est pas très difficile. Réussir un album du genre, qui tienne sur la longueur, forme un tout, résiste au temps et s'impose finalement comme un classique de la musique électronique, c'est déjà nettement plus rare. C'est ce qu'avait pourtant pleinement réussi Rajko Müller, alias Isolée, avec We Are Monsters, sorti sur Playhouse en 2005. Six ans plus tard, revoilà le bonhomme annoncé avec Well Spent Youth, nouvel album de cette microhouse infectieuse promis pour fin janvier/début février. On l'a déjà écouté. On peut pas être génial à chaque coup, dit la tête. Fuck you and dance, répondirent les mollets.

http://www.residentadvisor.net/news.aspx?id=13192
Serge Coosemans

En savoir plus sur:

Nos partenaires