Humour de Droite: comment une page Facebook fait bisquer les Jeunesses UMP

21/09/10 à 08:39 - Mise à jour à 08:39

"Humour de Droite" réussit son quart d'heure warholien, l'on se souvient du CBGB's, c'est l'instant navet pour Johnny Depp, et on vous donne des idées de masques pour le carnaval.

Humour de Droite: comment une page Facebook fait bisquer les Jeunesses UMP

© DR

Véritable phénomène que certains qualifient déjà de nouveau média (oui, bon...), Humour De Droite n'est jamais qu'une page Facebook, un compte Twitter et un Tumblr. Mais c'est drôle. Féroce. Et bien suivi, du moins assez pour que les sbires de l'UMP chargés de la propagande sarkozyste (appelons ça par son vrai nom) le surveillent avec intérêt, en prennent parfois ombrage et y ripostent, même. Slate a interviewé les trois joyeux anonymes qui alimentent quotidiennement cette machine à satires; plutôt clairvoyants tant quant à leur propre statut d'emmerdeurs rigolards n'ayant pas grand-chose de dangereux opposants, que sur la situation politique plus générale et le pédalage sur semoule mouillée des Jeunes UMP chargés des nouveaux médias. Modeste mais néanmoins intéressant à plus d'un titre, donc...

http://www.slate.fr/story/27511/humour-de-droite-interview

---

CBGB, quatre initiales qui appartiennent à la légende noctambule et musicale, tirées du nom du club new-yorkais qui participa à l'envol du punk et du rock alternatif. Visible sur Viméo, un documentaire de 35 minutes replonge dans ces années folles que furent 1978-1980 en compagnie des Ramones, de Mink De Ville, des Bad Brains et de Suicide. Entre autres.

---

Quand Hollywood laisse tomber les vampires, les zombies, les super-héros et les comédies romantiques, c'est qu'il est temps de sortir un petit thriller au canevas sournois rappelant au coeur de cible principalement américain comme le monde est dangereux et cruel en dehors du sanctuaire des United States Of Milk & Honey. Canevas classique: un riche américain bien tranquille voyage en Europe, s'y fait arnaquer par des malfrats et ne peut ensuite plus compter que sur les services secrets hi-tech de son pays pour rentrer chez lui; toute personne sans carte verte du casting étant au pire un terroriste, au mieux une bonne âme entravée par une bureaucratie d'un autre âge. C'est au tour de Johnny Depp et ses pattes d'oie de faire les frais d'une telle conspiration internationale, entre Venise et Paris, avec Angelina Jolie dans le rôle de la femme fatale et une imagerie pataude ayant visiblement décidé de faire du Paul Greengrass avec caméra fixe dans celui de la direction artistique. A priori, The Tourist semble donc tout avoir pour rajouter une ringardise de taille à la fiche IMDB de ses deux acteurs principaux. Qui les collectionnent, il est vrai, entre deux propositions plus intéressantes.

---

The Town, nerveux petit polar avec Ben Affleck, donne l'occasion de voir des braqueurs de banque porter quelques masques que l'on aimerait ne pas croiser le soir au coin d'une rue sombre. Vulture nous rappelle qu'au cinéma, ce n'est certainement pas la première fois que des zygotos se mettent sur la tête autre chose qu'un bas de nylon pour comettre leurs méfaits et que certains de ces sadiques prennent même un malin plaisir à s'affubler de masques réellement effrayants. Palme du ridicule à Zardoz, du glauque à l'homme-lapin de Donnie Darko ainsi qu'au Buttonface de Night Breed. Très grosse envie, sinon, de voir cette histoire de serial-killer déguisé en épouvantail, téléfilm américain visiblement inédit en Europe ayant traumatisé plus d'un spectateur, lors de sa diffusion, il y a une trentaine d'année. "Dark Night of The Scarecrow, c'est comme si on avait mixé Des Souris et Des Hommes à un polar seventies de Clint Eastwood. En vraiment, vraiment angoissant!". Prometteur. Comme le film sort en DVD dans quelques semaines, on saura quoi regarder le soir d'Halloween!

http://nymag.com/daily/entertainment/2010/09/cinemas_twelve_creepiest_masks.html#photo=1

Serge Coosemans

En savoir plus sur:

Nos partenaires