Des maniaques remontent Pulp Fiction dans son ordre chronologique

12/12/11 à 10:21 - Mise à jour à 10:21

Où les Trois Stooges et Pulp Fiction remixé étonnent pour diverses raisons, Fluctuat analyse le polar à la française, et Vice se moque des tops musicaux de fin d'année avec pas mal de justesse.

Des maniaques remontent Pulp Fiction dans son ordre chronologique

© DR

Au départ d'une idée consternante, la production aura traversé ce que l'on appelle en jargon hollywoodien le "development hell", une dizaine d'années durant. Mais voilà, c'est fait: au printemps 2012, il sortira, ce fameux Three Stooges, finalement réalisé par les Frères Farelly mais sans Benicio Del Toro, pourtant un moment pressenti pour faire le mariolle dans le rôle principal. The Three Stooges comme les trois Stooges, donc, vedettes crétinoïdes de la comédie slapstick des années 30. Ni biopic, ni remake, ni véritable hommage, le film est un fait un véritable reboot d'un concept ringardisé dès le milieu des années 50. Bref, c'est tout à fait comme si Laurel & Hardy revenaient avec Jonah Hill et Steve Carrell dans les rôles du gros à moustache et du petit qui pleure tout le temps. Oui, tip-top ce genre de mauvaise idée... Encore bravo, les studios!

http://trailers.apple.com/trailers/fox/thethreestooges/

---

Si on vit sans doute la pire période de l'histoire hollywoodienne, la situation du cinéma français n'est guère beaucoup plus brillante, déchiquetée entre bessonneries, comédies dignes de téléfilms et biopics de gangsters hésitant trop entre dialogues et ambiances ciselés à la Audiard et plein-la-vue technique façon yankee. Fluctuat analyse néanmoins cette dernière tendance, il est vrai la seule à pouvoir encore éventuellement surprendre un public moins inch'tichable que plus exigeant, de temps à autre.

http://www.fluctuat.net/7459-Le-biopic-de-gangster

---

Avec sa ligne temporelle éclatée, procédé ciné aujourd'hui devenu parfait cliché, Quentin Tarantino avait bien fait le malin en 1994 et certains ne lui pardonnent toujours pas. Ou du moins, s'en amusent, à l'instar de ces maniques qui ont remonté le film (2h40, tout de même) dans l'ordre chronologique de l'action. Etonnant: cela se laisse voir avec un plaisir à peine différent, même si l'on se rend alors davantage compte que l'histoire ne casse vraiment pas trois bras à un gangster!!!

http://www.the-drone.com/magazine/pulp-fiction-in-chronological-order/#more-25472

---

Au moment où la plupart des médias sortent leurs tops musicaux de fin d'année, Vice remixe celui de 2010 à sa façon pour balancer dans le pot d'airelles un pavé rigolard assez juste dans sa méchanceté, donc également parfaitement jouissif dans sa caricature!

http://www.vice.com/en_uk/read/vice-albums-of-the-year-2011

Serge Coosemans

Nos partenaires