Bons plans sorties pour le week-end: Témé Tan, Bruxelles les Bains, PleinOPENair...

01/07/16 à 15:29 - Mise à jour à 15:32

Parce qu'il n'y a pas que les Diables, Rock Werchter et Couleur Café ce week-end, Focus vous propose son lot de recommandations qui sortent des sentiers battus.

Bons plans sorties pour le week-end: Témé Tan, Bruxelles les Bains, PleinOPENair...

L'art urbain selon Obêtre. © DR

Les Graffitectures d'Obêtre

Il nous a toujours semblé qu'Obêtre était l'une des figures les plus marquantes de la génération d'artistes urbains ayant émergé au milieu des années 90. Pourquoi? Sans doute parce que l'homme a depuis le début fait preuve de la distance nécessaire pour que sa pratique tienne la route. Il ne s'est jamais laissé enfermer dans celle-ci. Même lorsqu'il s'adonnait au narcissisme du tag, il prenait soin d'en démonter et d'en remonter les rouages en abandonnant le spray can au profit d'autres matériaux -bois, céramique, journaux... Pour paraphraser Deleuze, Obêtre est tout à la fois en dedans et en dehors du graffiti, une position féconde qui lui permet d'en déplier les potentiels. C'est à n'en pas douter la sociologie qui a fourni au plasticien l'hélium salutaire lui offrant la possibilité d'envisager la situation de haut. On le sait, il perçoit l'art urbain comme un militantisme qui a pour mission de "contrer l'arraisonnement et la privatisation des espaces publics". Dans ce contexte, il agence de nouvelles propositions pour l'extérieur. Propositions qui surgissent et sont élaborées depuis... l'intérieur d'un atelier ou d'une galerie. On en veut pour preuve, ses "graffitectures" qu'il signe depuis 2003. Le principe? Des "assemblages vissés, cloués, collés ou équilibrés, de forme abstraite" constitués de matériaux de récupération. "Les graffitectures sont à l'architecture ce que les graffitis sont à la peinture en bâtiment: un questionnement existentialiste plastique", a coutume de répéter l'intéressé. Lors d'une exposition en 2014 au Centre culturel Jacques Franck, Obêtre laissait planer une menace sur son travail -en convoquant The Fire Next Time de James Baldwin. Fallait-il brûler la ville? Avec The Schieven Graffitekt, il affine sa réflexion sur les nouvelles possibilités de l'art urbain. Elles semblent plus apaisées.

JUSQU'AU 17/07 À BRUXELLES. WWW.MACADAMGALLERY.COM

--

Embarquement immédiat!

Le Boat Club, c'est un incontournable de Bruxelles les Bains, la plage estivale de la capitale, installée le long du quai des Péniches. Du 1er juillet au 7 août, la péniche embarquera à nouveau quelque 200 fêtards, tous les vendredis, samedis, et dimanches. On rappelle le principe: après une "before" sur la Croisetteke, le bateau lèvera l'ancre à 23 h pour revenir vers 3 h (sauf le dimanche, qui la joue plus tranquille, de 17 à 19 h, et de 20 à 22h).

Derrière le gouvernail sont attendues les principales forces vives de la nuit bruxelloise! Du Fuse (le 23/07) à Strictly Niceness (ce 02/07) en passant par la Leftorium (15/07), Zukunft (07/08), The Sound of Belgium (21/07) ou encore Lefto (le 24/07), etc. Symbole de ce bouillonnement, le Boat Club inaugure sa saison (en partenariat avec Focus) en invitant la plateforme FTRSND -dites Future Sound. Le slogan du collectif est limpide: "Making Brussels a better place for electronic music". Quelque part entre le label et l'organisateur de soirées, sorte d'incubateur de projets électroniques, FTRSND n'a en tout cas pas peur d'afficher ses ambitions et ses envies. Ce ne sera pas de trop dans une ville qui a pas mal dégusté ces derniers mois (FTRSND n'a d'ailleurs pas hésité à glisser l'idée d'un marathon électro, lors de l'appel à projets de la ville, Make Brussels). Ce 1er juillet, pour lancer la première croisière de l'été, le collectif enverra donc quelques-uns de ses plus fiers représentants, avec des live de Sparkling Bits, Squeaky Lobster, Sun Glitters et Enkephalin.

JUSQU'AU 07/08 À BRUXELLES. WWW.BRUXELLESLESBAINS.BE

--

Plein Open Air Festival

Le Cinéma Nova est de retour avec son festival gratuit. Cette année, il braque son projecteur sur les habitants de deux quartiers fort différents de Bruxelles, confrontés à des transformations de leur lieu de vie. Ce premier week-end, c'est aux Marolles, à la cité des Brigittines-Visitandines plus précisément, que cela se déroule. Avec au programme: des concerts en collaboration avec Recyclart, qui démarre à deux pas de là son festival Holidays, des projections de films et court-métrages où la ville est au coeur de l'histoire, un tournoi de pétanque. Où est le pastis?

LES 1 ET 2 JUILLET AUX MAROLLES. WWW.NOVA-CINEMA.ORG

--

Témé Tan

Depuis le 8 juin, Beursschouwburg clôture sa saison culturelle avec Out Loud! Ce samedi, c'est au tour de Témé Tan, alias Tanguy Haesevoets, de s'y coller, accompagné de Paul White et WWWater. Né à Kinshasa, le Bruxellois apportera chaleur et soleil à coup de soul, hip hop et sonorités africaines.

SAMEDI 2/07 À BRUXELLES. WWW.BEURSSCHOUWBURG.BE

--

Unisound Festival

Ce week-end, la Wallonie peut elle aussi avoir son festival: l'Unisound BW, le premier 100% accessible. Difficile de se rendre à un festival de musique pour les porteurs d'un handicap. Celui de Court-Saint-Etienne rend la tâche plus agréable et les aide à franchir ce cap avec des chaises tremblantes, des audio descripteurs, un concert traduit en langage des signes et des activités dédiées à chaque handicap. Mais qui dit festival, dit musique: Dan San, Fùgù Mango, les R'tardataires et Solkins seront de la partie.

CE 1er JUILLET À COURT-SAINT-ETIENNE. WWW.UNISOUND.BE

--

Rien que des animaux

Evénement incontournable du littoral belge, le CartoonFestival propose cette année de découvrir de manière ludique comment l'homme et l'animal cohabitent depuis des siècles. Allemaal Beestjes place donc nos bêtes au premier plan. Outre cette exposition thématique en accord avec Pairi Daiza et le gouvernement flamand, 440 dessins humoristiques seront présentés.

DU 3 JUILLET AU 4 SEPTEMBRE À KNOKKE-HEIST.

--

Sorties ciné de la semaine:

Le film de la semaine: La Tortue rouge****, un pure chef-d'oeuvre;

Jodorowsky's Dune****, un rêve de cinéma;

L'Effet aquatique****, les adieux réussis de Solveig Anspach;

A Man Called Ove***, bien balancé entre émotion et rire;

Love and Friendship***, délectable;

Teenage Mutant Ninja Turtles: Out of the Shadows**, interminable.

Nos partenaires