Anna Calvi, dans 6 mois star absolue de la pop. Depeche Mode, dans 8 mois, comédie musicale.

28/06/10 à 11:31 - Mise à jour à 11:31

LE WEBOSCOPE DU LUNDI 28 JUIN | Où Anna Calvi s'apprête à régner sur la pop, Depeche Mode inspire une comédie musicale, le Village Voice conseille quelques films asiatiques et John Lennon a failli jouer Gollum.

Anna Calvi, dans 6 mois star absolue de la pop. Depeche Mode, dans 8 mois, comédie musicale.

Elle n'a encore rien sorti officiellement et vient de signer sur le label Domino. Sa notoriété est pourtant déjà conséquente. Sur MySpace, bien sûr, où le compteur de visites affiche un bon gros 120.000 clicks en seulement quelques semaines. Dans le milieu musical aussi, un certain Brian Eno, au sortir de l'un de ses concerts, ayant déclaré ne plus avoir ressenti pareil choc musical féminin depuis sa découverte de Patti Smith, il y a 35 ans. Quand aux Inrocks, ils évoquent déjà un croisement de PJ Harvey et Jeff Buckley. Il semble donc assuré que très vite, cette demoiselle cartonnera. Elle a pour nom Anna Calvi. On voit d'ici la titraille Libé/Télérama à venir : " Plus belle, Calvi ". Huhuhu.

http://www.myspace.com/annacalvi

Après Queen, Abba et d'autres, c'est au tour de Depeche Mode d'inspirer une comédie musicale. Prévue pour février 2011, elle s'intitule Playing The Angel (d'après l'album de 2005) et raconte l'histoire de deux garçons " abusés, utilisés et manipulés " découvrant l'amour. Oui, elle se veut un poil plus provocatrice et polémique que Mamma Mia! Let's play master & servant ou rien, hein...

http://www.pastemagazine.com/articles/2010/06/depeche-mode-the-musical.html

En ce moment à New-York se tient un festival du film asiatique. Le Village Voice propose une liste de 10 films récents y étant projetés et jugés immanquables. Comme on ne s'en étonnera pas, au rendez-vous se croisent anges sexués, pornstars à fleurs de peau, humour à la Judd Apatow, assassinat politique, Kill Bill à vélo, amours extrêmes et poésie bizarroïde, entre existentialisme morbide et zen rock and roll. Le plus " normal " du lot aux standards occidentaux : A Little Pond, qui raconte le massacre par l'armée américaine d'un village entier de Corée du Sud lors de la guerre de 50-53 contre le nord communiste. Après The President's Last Bang et sa vision décalée, érotique et violente sur les évènements ayant mené le pays de la dictature à la démocratie, c'est le dernier blockbuster coréen à fouiller l'histoire dérangeante du pays et le énième à chicaner plus ou moins directement la présence " sécuritaire " américaine. Toutes les stars locales y tiennent un rôle.

http://www.villagevoice.com/2010-06-22/film/seven-of-the-best-from-the-ny-asian-film-fest/

Après les adaptations ratées ou infidèles aux romans les ayant inspirées, voici maintenant une petite liste de films ne s'étant jamais faits, principalement parce que les producteurs décuités, l'idée ne leur sembla plus si bonne que ça. Nos préférés de ce top-ten improbable et souriant : un western biblique avec Orson Welles dans le rôle de Jésus-Christ (il prit le pain, le multiplia et se paya un gueuleton d'anthologie) et le Seigneur des Anneaux avec les Beatles, c'est à dire John dans le rôle de Gollum, Paul dans celui de Frodo, George en Gandalf et Ringo en Sam. John Boorman (Deliverance, Excalibur, La Forest d'Emeraude...) l'aurait réalisé. Mais les champignons sont passés de mode quelques jours plus tard...

http://www.slate.com/id/2257867/

Serge Coosemans

Nos partenaires