Un certain regard (6/7): Charlotte Bruus Christensen, l'empire de la lumière

17/08/16 à 08:52 - Mise à jour à 09:21

Source: Focus Vif

De Far from the madding crowd de Thomas Vinterberg à Life d'Anton Corbijn, Charlotte Bruus Christensen a imposé l'acuité et la chaleur d'un regard à l'écoute des détails.

Si l'on avait pu apprécier sa patte dans Submarino puis The Hunt, c'est en 2015, à l'occasion de Far from the Madding Crowd, du même Thomas Vinterberg, que le talent de la chef opératrice danoise Charlotte Bruus Christensen a littéralement éclaté. Inscrit dans les paysages du Dorset, le film réussit la gageure de traduire la langue du romancier Thomas Hardy par la grâce de sa mise en scène et de ses acteurs, bien entendu -et Carey Mulligan y est inoubliable sous les traits de Bathsheba Everdene-, mais aussi sous l'effet d'une photographie en restituant la vibration jusque dans les moindres détails. A l'abri de toute tentation "décorative", ce travers minant si souvent les reconstitutions d'époque.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires