Trainspotting a 20 ans: les dix scènes les plus cultes

23/02/16 à 18:41 - Mise à jour à 18:40

Source: Knack

Cela fait exactement 20 ans que Danny Boyle a secoué le cinéma britannique avec Trainspotting, le récit peu flatteur d'un groupe de toxicos à Edimbourg. Nombreuses sont les scènes d'humour noir toujours présentes dans nos esprits. En voici dix.

Trainspotting a 20 ans: les dix scènes les plus cultes

Ewan McGregor dans Trainspotting de Danny Boyle © DR

La scène d'ouverture avec Iggy Pop en fond sonore

Aux premières notes de Lust for Life d'Iggy Pop, Renton et ses amis junkies courent à toute allure dans les rues d'Edimbourg. Commence alors le fameux monologue d'Ewan McGregor. Les personnages sont présentés un à un d'une manière qui sera recopiée plus tard par d'autres metteurs en scène comme Guy Ritchie dans Snatch ou Lock, Stock and Two Smoking Barrels (Arnaques, crimes et botanique).

L'étrange vision de la vie selon Sick Boy

Les personnages de Trainspotting ont des opinions particulièrement tirées par les cheveux et prennent un malin plaisir à les étaler au grand jour: chapeau au scénariste John Hodge et à ses dialogues brillants. Ici, c'est Sick Boy, joué par Jonny Lee Miller, qui expose sa vision de la vie au personnage principal de Renton. Tout cela alors qu'ils se cherchent une victime à flinguer depuis les buissons.

Les pires toilettes d'Ecosse

Une des scènes les plus marquantes du film est bien sûr celle où Renton perd son suppositoire dans un WC et décide d'y plonger tête la première. Même si le réalisateur assure que c'était de la sauce au chocolat, elle reste tout de même assez douloureuse à regarder pour les âmes sensibles.

Begbie et la bagarre dans un bar

Le moment de gloire du nerveux Begbie, joué par Robert Carlyle, est sans aucun doute la scène dans laquelle il déclenche une bagarre générale dans un bar. Contrairement à la plupart de ses confrères, Begbie carbure à une autre sorte de drogue: l'adrénaline.

Pas de chauvinisme écossais

Renton, Sick Boy, Spud et Tommy visitent ici les hautes terres écossaises et ce premier commence un monologue dans lequel il partage son aversion pour son pays d'origine. Avec cette scène, le scénariste John Hodge s'attaque au colonialisme anglais et aux faiblesses des Ecossais.

L'entretien d'embauche de Spud

Le rôle de Spud était fait pour Ewen Bremners. Pour ne pas perdre leurs allocations de chômage, les amis sont obligés de postuler pour des jobs insignifiants. Renton donne un petit coup de pouce à Spud en lui offrant de l'amphétamine, une idée de génie.

L'overdose de Renton

Danny Boyle a réussi à rendre ironique la sublime chanson de Lou Reeds Perfect Day en l'utilisant après que Renton ait commandé une aiguille comme on commande un plat dans un restaurant. Il s'enfonce dans le sol pour ensuite être trainé à terre et enfin se retrouver entre ses deux parents dans un taxi... Un jour parfait.

Les malheurs de la désintox

Après son overdose, Renton est forcé par ses parents d'arrêter l'héroïne. S'ensuivent alors des illusions angoissantes comme un bébé qui rampe sur le plafond.

Le linge sale de Spud

Spud se réveille le lendemain d'une soirée dans le lit de son amie et se rend compte qu'il a souillé les draps. Il va tenter de résoudre le problème mais la fin de l'histoire est aussi hilarante qu'horrible.

Renton choisit la vie

À la fin, Renton décide de quitter son groupe autodestructif avec l'argent en poche. Avec Born Slippy d'Underworld en fond sonore, il reprend un de ses fameux monologues mais celui-ci est plus motivant cette fois-ci.

Une fin ouverte qui nous rappelle que Danny Boyle travaille pour le moment sur la suite de Trainspotting, qui réunira le casting original.

Nos partenaires