Stars 80, Les seigneurs: tir groupé... et raté

23/10/12 à 10:29 - Mise à jour à 10:29

Le cinéma français craque pour les "has been" et les films de groupe. Mais est-ce vraiment, comme l'affirme la sagesse populaire, dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes?

Stars 80, Les seigneurs: tir groupé... et raté

© DR

A voir et surtout à subir les consternants Les seigneurs et Stars 80, le moins qu'on puisse dire est qu'il y a comme un doute... La quantité de bons gags dans le premier se révélant inversement proportionnelle à la quantité d'acteurs supposément comiques réunis au générique: José Garcia, Omar Sy, Gad Elmaleh, Ramzy Bedia, Franck Dubosc et ce bon vieux Jean-Pierre Marielle (sans compter un Joey Starr à la réputation disons, différente...). Quant au second, où se pressent plein de chanteurs des années 80 (de Jean-Luc Lahaye à Jeanne Mas en passant par François Feldman, Peter et Sloane, Cookie Dingler, Desireless, Sabrina et Lio, on en passe!), il a beau collectionner les tubes, il lui manque le souffle, le scénario et, pire que tout, le jeu, Timsit et Anconina se révélant presque aussi mauvais, eux les professionnels, que les comédiens amateurs réunis autour d'eux!

Outre l'affligeante médiocrité d'un certain cinéma français populaire, et le mépris qu'il masque de moins en moins vis-à-vis du public, les deux films illustrent une tendance récemment bien marquée à l'exaltation des has been, des anciennes gloires ramenées en pleine lumière dans un mélange de premier degré commercial et de second degré narratif... du moins quand narration il y a. La saga des Expendables américains, où Stallone convoque le ban et l'arrière-ban des vieux de la vieille du cinéma d'action, fait agréablement tinter le tiroir-caisse mondial, dans un mélange gonflé de violence et d'autodérision. Les films frenchies, avec leurs ex-stars du foot reprenant du service dans un petit club pourri, et leurs revenants de la variétoche poussant leurs (parfois uniques) succès tout en rentrant leur bide, n'engendrent qu'un spectacle irritant de démagogie, et tristement ringard.

En savoir plus sur:

Nos partenaires