Sans queue ni tête, où la chair et l'esprit s'entremêlent

05/10/10 à 16:21 - Mise à jour à 16:21

Jeanne Labrune livre avec "Sans queue ni tête" un film dont elle est friande, sur le fil entre drame et comédie: une prostituée (Isabelle Huppert) se rend chez le psy (Bouli Lanners) pour une analyse. Mais les rôles s'inversent et le second devient client de la première.

Sans queue ni tête, où la chair et l'esprit s'entremêlent

© DR

Les comédies de Jeanne Labrune (Ca ira mieux demain, C'est le bouquet, Cause toujours!) jouent avec fantaisie sur le fil entre la drôlerie et l'émotion, le burlesque des situations et une gravité sous-jacente qui en fait souvent le prix.

Dans son nouveau film, fidèle à sa manière, la réalisatrice française offre à Isabelle Huppert un beau rôle de prostituée, et à Bouli Lanners un personnage non moins intéressant de psychanalyste. Le corps et l'esprit, le sexe et la tête, en somme. Qui se verront confrontés quand l'une deviendra la cliente de l'autre, et réciproquement...

Excellemment joué, précisément écrit, Sans queue ni tête séduit par son habile mise en place, et son mélange de tons piquant. Mais les fausses audaces, et les vrais noeuds scénaristiques pas vraiment dénoués, empêchent le film, assurément plaisant, d'atteindre le niveau des meilleurs de la cinéaste.

Sans queue ni tête, de Jeanne Labrune, avec Isabelle Huppert, Bouli Lanners, Sabila Moussadek. 1h35.

L.D.

Nos partenaires