Sally Potter: "Parfois, manifester ne suffit pas..."

13/12/17 à 10:42 - Mise à jour à 10:43
Du Le Vif Focus du 08/12/17

Avec The Party, Sally Potter signe un huis clos jouissif, passant les moeurs politiques britanniques au crible d'une écriture acérée et enlevée. Rencontre.

Révélée en 1992 par son adaptation du Orlando de Virginia Woolf avec Tilda Swinton dans le rôle-titre, Sally Potter a maintenu par la suite un cap exigeant et passionnant, la cinéaste anglaise alignant (au compte-gouttes) des films aussi audacieux que The Tango Lesson, The Man Who Cried ou, plus récemment, Ginger & Rosa. Découvert en février dernier à la Berlinale, The Party, son huitième long métrage, vient démontrer que la réalisatrice n'a rien perdu de son mordant, huis clos passant la classe politique britannique au crible d'une écriture acérée et enjouée. Autant dire que le film arrive à son heure dans le paysage du Brexit, et cela, même si l'écriture en avait débuté deux ans plus tôt. "J'ai commencé à écrire le scénario pendant la campagne des élections générales britanniques de 2015, commence Sally Potter. La situation était sans commune mesure avec celle que l'on a connue ...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires