"Russian Snark" gagne le grand prix du Festival International du Film Indépendant

07/11/11 à 18:17 - Mise à jour à 18:17

Après 6 jours de festival, c'est près d'une vingtaine de films qui ont été couronnés par le jury hier soir à Bruxelles. Parmi eux, le film néo-zélandais Russian Snark a été sacré meilleur film de la compétition.

"Russian Snark" gagne le grand prix du Festival International du Film Indépendant

© DR

Sans aucun doute, cette 38ème édition du festival fut riche et haute en couleur, avec plus de 100 films projetés du 1er au 6 novembre au centre Jacques Frank à Saint Gilles. Le gala de clôture a eu lieu hier soir, et le jury a révélé le palmarès en fin de soirée.

Compétition internationale : La Nouvelle-Zélande sur le podium

Le Grand Prix du meilleur film du festival est attribué au film néo-zélandais Russian Snark, de Stephen Sinclair. Le film relate l'histoire de Misha, un cinéaste en quête d'identité et de bonheur, qui quitte son pays avec sa femme, à la recherche d'une terre accueillante. Très vite, il se rend compte que ce nouveau pays ne correspond pas à ses attentes, et il s'enferme petit à petit dans son travail et plonge peu à peu dans la folie. C'est le premier long métrage du réalisateur qui a déjà travaillé auparavant avec Peter Jackson, entre autres, en tant que scénariste.

Le film Matariki, également néo-zélandais, a remporté le prix de la meilleure réalisation. Ce long métrage, réalisé par Michael Bennett, présente une approche intéressante de la culture maori. Il met en scène différents protagonistes confrontés à un moment clé de leur vie - une jeune fille et son ami en fuite, une famille face à la mort imminente d'un proche à l'hôpital... - et leurs destins vont s'entrecroiser. Le prix du meilleur acteur a par ailleurs été remis à Ihaeto Ah hi, fantastique dans son rôle de jeune homosexuel idéaliste.

Du côté de la meilleur actrice, c'est Soufia Issami qui a été récompensée pour son interprétation de femme décidée dans Sur la planche, un film marocain de Leila Kilani. Le film a également reçu le prestigieux Prix du Jury.

Quant au prix du meilleur court-métrage, il a été attribué à Raju, un film indo-allemand de Max Zähle. Il retrace l'histoire d'un couple allemand qui adopte un enfant indien, jusqu'au jour ou celui-ci s'enfuit. Le couple tente alors de se remettre en question et d'évaluer leur responsabilité.

Trailer de "Russian Snark"

Compétition nationale : social et drame à l'honneur

Comme le disait Robert Malengreau, directeur du festival, le FIFI "rend aussi hommage au cinéma belge". Et cette année, la Belgique était présente surtout sous forme de courts-métrages, dont certains furent d'agréables surprises. Le palmarès a récompensé des oeuvres originales, plutôt à caractère social, psychologique ou dramatique.
En haut du podium, on retrouve le film Badkapje 46 (Maillot de bain 46) de Wannes Destoop, qui a reçu le Grand Prix, amplement mérité. Ce film émouvant nous montre un aperçu de la vie de Chantal, une fille de 12 ans qui lutte contre son mal-être et sa difficulté à accepter son obésité. Sans amis et ne s'entendant pas avec sa mère, son seul lieu de réconfort est la piscine, où elle s'entraîne intensivement. La jeune actrice dans le rôle de Chantal est tout bonnement épatante et touchante de sincérité.

Le prix de la meilleure réalisation a été décerné au poétique L'appel, de Cécile Mavet. Dans cette fiction de 20 minutes, la jeune Anna, novice au couvent, s'apprête à prononcer ses voeux. Sa mère, persuadée qu'elle gâche sa vie, ne la comprend pas. Peu à peu, Anna se met à douter, tiraillée entre son besoin de danser, de bouger et celui de s'engager pour toujours auprès de Dieu. Un très beau film, sobre et fin, qui nous mène petit à petit vers un climax final où la jeune fille, priant Jésus de lui venir en aide, se met à danser. Le film a également reçu le prix Michel Lombet.

Enfin, deux autres courts-métrages belges ont également été primés. Le trophée du meilleur court métrage revient à Rafi (La couture), qui évoque une relation particulière entre une couturière et son client. Quant au prix du film d'animation, il revient à l'excellent Les yeux de la tête de Jérôme Cauwe et Pierre Mousquet. On y rencontre John, un acteur américain qui reçoit malencontreusement une balle de golf dans la figure et perd un oeil. Son oeil semble perdu, néanmoins, lui et sa femme vont tout tenter pour bénéficier des meilleurs soins... Un extrait de ce film déjanté et jubilatoire est à découvrir ci-dessous

J.M. (stg)

"Les yeux de la tête" (extrait)

Le reste du palmarès :

Compétition InternationalePrix du Meilleur Scénario
Attribué à HAYDE BRE - Turquie
Réalisateur : Orhan Oguz

Prix du Film d'Aujourd'hui
Attribué à 18 JOURS - Egypte
Réalisateurs : Ahmad Abdallah, Mariam Abou Ouf & cie

Prix " EMILE CANTILLON " - Prix du Cinéma de Demain
Attribué à BUSONG - Philippines
Réalisateur : Auraeus Solito

Compétition Nationale Prix Spécial du Jury
Attribué à TERRE NOUVELLE de Bernard Dresse

Le Prix des Auteurs de la SACD
Attribué à MAUVAISE LUNE de Méryl Fortunat-Rossi et Xavier Seron

Prix du Meilleur Scénario
Attribué à FANCY FAIR de François Vergans

Prix de la Compétition spéciale "La Création Filmée des Sourds"Grand Prix - Meilleur Film de la Compétition
Attribué à LA RUE

Prix de la Meilleur Réalisation
Attribué à l'ensemble des réalisations de Julien Bourget

http://www.centremultimedia.org/

Nos partenaires