Qumra et les nouveaux talents ciné du monde arabe

31/03/17 à 12:58 - Mise à jour à 13:39
Du Le Vif Focus du 24/03/17

Organisée à l'initiative du Doha Film Institute, la plate-forme créative Qumra entend soutenir les nouveaux talents cinématographiques du monde arabe et d'ailleurs, à travers des ateliers et des rencontres ciblées, mais aussi des Master Class d'auteurs comme Asghar Farhadi ou Bruno Dumont.

On dit du terme Qumra, utilisé en son temps par le mathématicien, philosophe et physicien arabe Alhazen, qu'il est à l'origine du mot caméra. Il désigne aussi, depuis 2015, une plate-forme professionnelle et créative initiée par le Doha Film Institute (DFI). Et qui vise à encourager, sous la direction artistique du réalisateur palestinien Elia Suleiman (Intervention divine), l'émergence d'une nouvelle génération de cinéastes du monde arabe et au-delà, l'accent y étant mis sur les auteurs de premiers et deuxièmes films. Ainsi lors d'une troisième édition qui réunissait du 3 au 8 mars dernier les porteurs des 34 projets retenus (25 longs métrages et 9 courts, d'origines variées et à des stades de développement divers) et une centaine de professionnels du monde entier, représentant les différents secteurs de l'industrie. Sans oublier, last but not least, cinq maîtres incontestés -les réalisateurs Bruno Dumont, Asghar Farhadi, Lucrecia Martel et Rithy Panh ainsi que le producteur Paulo Branco-, venus partager leur expérience le temps de master class ouvertes au public, au même titre que les projections de films ayant reçu le soutien du DFI.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires