Patser: "Qu'est-ce que ça veut dire d'être marocain aujourd'hui à Anvers? Et flic?"

25/01/18 à 14:16 - Mise à jour à 14:16
Du Le Vif Focus du 25/01/18

Adil El Arbi et Bilall Fallah, responsables en tandem du film-phénomène bruxellois Black en 2015, se font plaisir et nous régalent du côté du Kiel anversois avec Patser, bombe flashy énergisante à la dimension quasiment scorsesienne. En hollando-flamand dans le texte.

Le premier n'a pas encore 30 ans. Et le second, à peine. Mais le nouveau long métrage du tandem Adil El Arbi-Bilall Fallah devrait achever de les imposer dans la cour des grands. Avec Patser, ils font mieux que retenir la leçon des erreurs passées: ils franchissent un cap décisif. Et rien, désormais, ne semble devoir leur barrer la route vers une carrière juteuse à l'international. En 2014, Image, leur premier film, laissait pourtant dubitatif: en voulant faire mentir les stéréotypes communautaires, cette plongée démonstrative dans les quartiers "chauds" bruxellois caricaturait surtout à outrance la course au scoop médiatique. L'année suivante, Black écrasait tout sur son passage et créait l'événement mais ce West Side Story contemporain dans les rues de la capitale peinait encore à convaincre: quelques fulgurances, certes, mais beaucoup de ratés. La troisième sera la bonne, et en effet Patser, aujourd'hui, passe la démultipliée, qui va voir du côté d'Anvers si, des fois, l'herbe -et le reste- n'y serait pas plus verte qu'ailleurs... "L'écriture du scénario est née de plusieurs envies, explique Adil El Arbi. On a grandi avec le cinéma de Scorsese, Spike Lee, et Patser est avant tout un hommage aux films de gangsters américains, aux films de quartiers. L'idée, c'était de multiplier les clins d'oeil, les références à Scarface de Brian De Palma, au Godfather de Coppola... Mais en les inscrivant dans un ADN spécifique, qu'on connaît bien. Moi je suis originaire d'Anvers, qui est la capitale de la coke en Belgique. Deux faits divers anversois récents nous ont inspirés. Il y a d'abord eu cette histoire de quatre jeunes qui ont volé de la coke à la mafia colombienne et ont donné naissance à une véritable guerre des gangs, toujours en cours, entre Anvers et Amsterdam. En...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires