Pas terrible, le Hobbit? C'est que Peter Jackson était complètement largué (vidéo)

20/11/15 à 16:04 - Mise à jour à 16:12

Dans un making-of de La Bataille des cinq armées, Peter Jackson et son équipe reconnaissent avoir agi en totale roue libre sur le tournage du film. De quoi y voir plus clair dans ce demi-flop qui a malgré tout fait un carton commercial.

Pas terrible, le Hobbit? C'est que Peter Jackson était complètement largué (vidéo)

Peter Jackson sur le tournage de The Hobbit © capture d'écran YouTube

Si elles s'inspirent chacune d'un pan de l'oeuvre de J.R.R. Tolkien et qu'elles ont toutes les deux été réalisées par Peter Jackson, il est indéniable que les deux trilogies The Lord of the Rings et The Hobbit ne jouent pas dans la même cour. Pour cause principale, le scénario particulièrement creux de l'adaptation du Hobbit: pour une même durée au cinéma, celle-ci se base sur un roman pour enfants de quelques centaines de pages, face la pesante bible en trois volumes que constitue le Seigneur des anneaux.

L'idée initiale était d'ailleurs de ne séparer The Hobbit qu'en deux films, ce qui aurait sans doute ménagé les dégâts. La Warner en décidera toutefois autrement. Mais grâce au making-of ci-dessous, qui figure sur le Blu-ray de La Bataille des cinq armées et que Le journal du geek a déterré, on comprend un peu mieux l'ambiance sur le tournage qui a mené au désastre. Making-of d'ailleurs étonnamment honnête pour un bonus officiel.

Si on savait que Peter Jackson avait aligné les procès, essuyé le départ de Guillermo del Toro, on le voit ici travailler en roue libre, dépassé par les événements et ne dormant que quelques heures par nuit. Le début du tournage aura eu lieu sans script, sans storyboard, les scènes de combat sont filmées sans savoir ce à quoi elles serviront, les acteurs ne sachant même pas ce qu'ils sont en train de faire. Ce n'est qu'après avoir arrêté le tournage pour que Peter Jackson ait un support pour travailler que les choses pourront reprendre leur cours correctement. Et boucler le film dans les délais.

À sa courte échelle (la vidéo ne fait qu'un peu plus de 6 minutes), on a pourtant l'impression d'assister à une sorte de Some Kind of Monster du cinéma fantastique mainstream, tant les témoignages semblent désespérés. Étrangement fascinant.

>> (Re)lire également nos critiques des premier, deuxième et troisième volets de la saga The Hobbit.

En savoir plus sur:

Nos partenaires