Never let me go

30/03/11 à 10:58 - Mise à jour à 10:58

Clippeur pour David Bowie, Iggy Pop, Jay Z et Beck, Mark Romanek signe avec "Never let me go" un film d'anticipation rétro ayant pour toile de fond clonage et don d'organe. Superficiel.

Never let me go

© DR

DRAME | En 1952, une grande découverte scientifique a été réalisée et elle a fait grimper l'espérance de vie au-delà des 100 ans. Elevés complètement coupés du monde dans un étrange et bucolique pensionnat britannique où on semble prendre autant garde aux bonnes manières qu'à une irréprochable hygiène de vie, Kathy, Tommy et Ruth découvrent un beau jour qu'ils sont destinés à se séparer de leurs organes vitaux pour effectuer des transplantations. Ils mourront après trois ou quatre dons.

Adaptation du roman de Kazuo Ishiguro, Auprès de moi toujours, le meilleur de 2005 selon le Time Magazine, Never Let Me Go, c'est un peu The Island dans la campagne anglaise: une histoire d'amour entre clones dont les pièces détachées finiront sur une autre carrosserie. C'est aussi un film d'anticipation rétro sans effets spéciaux. Un drame de science-fiction au charme doucement suranné qui joue sur le non-dit et les zones d'ombre.

Le triangle amoureux Carey Mulligan (Une Education)-Keira Knightley (The Duchess)-Andrew Garfield (Social Network), héros fantomatiques, fonctionne plutôt bien et on croit en leurs sentiments naïfs et mélancoliques d'oiseaux tombés du nid. Le traitement un peu trop fleur bleue de Never Let Me Go le destine cependant aux grands romantiques et ne fait qu'esquisser une réflexion superficielle sur la valeur de la vie humaine. A l'heure où l'on se met à faire naître des gosses pour sauver ou améliorer l'existence de leurs frères et soeurs (pensez aux bébés sauveurs aussi appelés "bébés médicaments"), on se dit que pareil sujet méritait un peu plus d'épaisseur. Une approche éthique et politique plus que sentimentale et poétique. Joli mais futile...

Never let me go, drame de Mark Romanek, avec Carey Mulligan, Andrew Garfield, Keira Knightley. 1h43.

Julien Broquet

En savoir plus sur:

Nos partenaires