Matteo Garrone: "Comment se transforme-t-on en monstre?"

02/08/18 à 10:33 - Mise à jour à 12:04
Du Le Vif Focus du 02/08/18

Dix ans après Gomorra, le réalisateur transalpin Matteo Garrone montre les crocs et renoue avec le meilleur de son cinéma "coup de poing". Fable crépusculaire au réalisme mythologique, Dogman épouse le point de vue canin pour mieux dire la violence des hommes. Animal, on est mal.

Il fait partie de ces cinéastes éminemment plastiques pour qui un simple flash visuel peut justifier à lui seul la mise en chantier d'un film. En l'occurrence, ici, l'image de quelques chiens enfermés dans une cage assistant en témoins à l'explosion de la férocité humaine. Ce renversement de perspective est le coeur battant de Dogman (lire notre critique), le neuvième long métrage de Matteo Garrone, nouveau conte cruel de la désolation très librement inspiré d'un fait divers qui terrifia l'Italie à la fin des années 80. Toiletteur canin plutôt réservé, Marcello s'y retrouve aspiré bien malgré lui dans le tourbillon de violence généré par Simoncino, un ancien boxeur accro à la coke qui rackette et brutalise le quartier... Explications.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires