"Love" interdit aux moins de 18 ans trois semaines après sa sortie

05/08/15 à 14:08 - Mise à jour à 14:08

Le film polémique du réalisateur Gaspar Noé vient de voir la classification française de son film augmenter d'un cran. Qu'en est-il en Belgique?

"Love" interdit aux moins de 18 ans trois semaines après sa sortie

Le film "Love" de Gaspar Noé © Wild Bunch Distribution

Les moins de 18 ans n'ont eu que trois semaines pour voir le film Love avant qu'il ne leur soit interdit. Voilà tout l'intérêt pour les mineurs de voir un film dès sa sortie en salle!

C'est hier que le tribunal administratif de Paris a suspendu le premier visa d'exploitation qui interdisait le visionnage aux moins de 16 ans et l'a augmenté à 18 ans. Pourtant, la Centre National de la Cinématographie (CNC) avait déjà statué par deux fois, une première fois en juin et une deuxième début juillet, comme l'a exigé la ministre de la Culture Fleur Pellerin. Après les deux visionnages, la commission de classification avait gardé son choix initial, à savoir l'interdiction aux mineurs de moins de 16 ans assorti d'un avertissement: "en raison des très nombreuses scènes de sexes non simulées. Toutefois, l'intention narrative de l'auteur qui dépeint une histoire d'amour intense et la force du lien créée entre les deux principaux personnages, autant que l'humanité de leur relation, ne fait pas de doute pour le spectateur et motive une interdiction aux mineurs de moins de seize ans", motive la commission parisienne.

Cette revalorisation à la hausse est à l'initiative de l'association Promouvoir. Une organisation très à droite, qui fait de la censure son cheval de bataille depuis déjà 1975. Toujours défendue par l'avocat André Bonnet, l'association réussit très souvent à faire annuler les visas d'exploitations délivrés par le CNC - notamment, Baise-moi, Saw et Nymphomaniac - comme le rappelle Première dans son interview de juillet 2015.

"En France, aimer est maintenant interdit aux moins de 18 ans", a twitté hier le producteur Vincent Maraval, sur une image aux couleurs de l'affiche.

Le réalisateur Gaspar Noé s'est quant à lui exprimé dans une interview accordée à Libération et fustige la décision mais aussi les risques qu'elle comporte pour le métier de cinéaste: "Ce qui m'angoisse, c'est que, à cause de ce genre de choses, des réalisateurs ou producteurs peuvent se mettre à avoir peur. Il y a un risque que les cinéastes ou scénaristes s'autocensurent."

Une décision qui "n'aura pas d'incidence sur la sortie belge car le "interdit aux moins de 18 ans" n'existe pas en Belgique. Le film reste "enfants non admis" et l'âge limite est de 16 ans", précise Arnaud de Haan, programmateur chez Cineart, distributeur belge de Love, à l'affiche chez nous depuis la semaine dernière.

>> Lire également notre critique du film.

En savoir plus sur:

Nos partenaires