Les premières images du film Much Loved censurées au Maroc

04/08/15 à 12:05 - Mise à jour à 12:05

La bande annonce du très attendu film Much Loved de Nabil Ayouch vient d'être dévoilée. Des images à nouveau censurées au Maroc.

Les premières images du film Much Loved censurées au Maroc

Much Loved, un film avec Loubna Abidar, Asmaa Lazrak, Halima Karaouane et Sara Elmhamdi-Elalaoui. © Virginie Surd

Depuis le mois de mai, le film Much Loved fait débat. Présenté à la Quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes de cette année, il a divisé les spectateurs à la sortie de sa projection. Le film dresse le portrait de plusieurs femmes marocaines qui "vivent d'amour tarifées" (comme le dit joliment le synopsis). Il suit le quotidien de ces femmes, montre leurs forces et leurs capacités à gérer la violence d'une société qui les utilise et les condamne en même temps.

Des images choc et un sujet de société encore sensible, qui vaut au réalisateur franco-marocain de nombreux éloges de la part des critiques français. Mais la prostitution reste un tabou au Maroc. Loin de faire l'unanimité, le film a donc été interdit de projection par le Contrôle Cinématographique marocain (CCM) qui délivre les visas d'exploitation. La commission a considéré que l'oeuvre "comporte un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine, et une atteinte flagrante à l'image du royaume".

À la suite de cette annonce, le 28 mai dernier, 80 cinéastes et producteurs (dont notamment Michel Hazanavicius, Riad Sattouf et les belges Jean-Pierre et Luc Dardenne) avaient signés une pétition de soutien au réalisateur, considérant que "l'obscurantisme et les violentes atteintes à la liberté que cette interdiction constitue: atteinte à la liberté d'expression, atteinte à la liberté du metteur en scène d'exposer son travail, atteinte à la liberté des spectateurs qui ne peuvent avoir accès au film dans les salles de cinémas marocaines", précise la Société des Réalisateurs de Films (SRF) sur son site internet.

À l'époque déjà le réalisateur Nabil Ayouch tentait de justifier sa démarche artistique: "La prostitution est autour de nous et au lieu de refuser de la voir, il faut essayer de comprendre comment des femmes qui ont eu un parcours difficile ont pu en arriver là." Pas sûr que la compréhension soit de mise. Alors que la première bande annonce officielle a été mise en ligne le 30 juillet dernier pour la promotion du film qui sort le 14 octobre prochain en Belgique, elle a été immédiatement censurée au Maroc.

En savoir plus sur:

Nos partenaires