Le plagiat chinois éhonté de Cars perd son procès face à Disney

30/12/16 à 10:37 - Mise à jour à 10:37

Source: Afp

Disney a gagné sa bataille judiciaire contre un long-métrage chinois qui plagiait ostensiblement son film d'animation Cars, l'Américain engrangeant une rare victoire dans un pays où l'application des lois sur la propriété intellectuelle reste très aléatoire.

Le plagiat chinois éhonté de Cars perd son procès face à Disney

À gauche: The Autobots, à droite: Cars © DR/Disney

Blue Mtv, le studio chinois ayant produit le film incriminé -intitulé Autobots-, ainsi que le diffuseur de l'oeuvre, se voient enjoindre par la justice de "cesser toute infraction aux droits" détenus par Disney, a indiqué sur son compte de microblogs la Haute Cour de Shanghai.

Le tribunal, plus haute juridiction de la municipalité, leur a par ailleurs ordonné de verser environ 1,35 million de yuans (186.000 euros) à Disney à titre de dommages et intérêts, et de frais de justice.

C'est une maigre somme pour le géant californien du divertissement, qui vient d'ouvrir à Shanghai un parc d'attractions Disneyland représentant un investissement de 5,5 milliards de dollars.

Produit par Pixar Animation Studios et distribué par Disney en 2006, le film Cars avait remporté le Golden Globe du meilleur film d'animation, et l'adhésion d'une grande partie de la critique.

Or, le tribunal shanghaïen a admis que The Autobots, sortis sur les écrans chinois l'an dernier, présentaient des ressemblances plus que troublantes avec le long-métrage américain.

On y retrouve, reproduits quasiment tel quels, des personnages de la franchise Cars, comme la voiture de course rouge Flash McQueen ou le bolide italien de formule 1 Francesco Bernoulli: pour le tribunal, le copyright de Disney et Pixar a bel et bien été enfreint.

Et de pointer des indices qui avaient déjà fait se gausser les internautes chinois: les affiches se ressemblent comme deux gouttes d'eau et le nom même des Autobots en chinois sonne exactement comme la traduction en mandarin du titre de Cars -ce qui constitue "une concurrence illégale", insiste la déclaration de la cour.

Les contrefaçons et imitations restent courantes en Chine et les partenaires commerciaux de Pékin déplorent régulièrement le laxisme supposé de la justice chinoise dans les conflits de propriété intellectuelle.

La création récente de tribunaux spécialisés a été saluée par les entreprises occidentales, mais les effets restent mitigés.

Si la légende américaine du basket Michael Jordan a récemment remporté une longue bataille contre un équipementier sportif chinois qui usurpait son nom, le géant américain de l'électronique Apple a en revanche perdu en mai une procédure contre un maroquinier commercialisant des sacs griffés "iPhone".

Nos partenaires