Serge Coosemans
Serge Coosemans
Blogueur
Chronique

05/03/18 à 10:13 - Mise à jour à 10:13

Le futur de science-fiction s'est-il arrêté en 1983?

Blade Runner 2049, Mute, Altered Carbon et le cyberpunk en général dépeignent tous l'avenir tel qu'on se l'imaginait durant les années 70/80. Est-ce dès lors vraiment raisonnable de toujours recourir à de tels clichés alors que l'on est quasi en 2020 et en pleine quatrième révolution industrielle? Crash Test S03E25, on mange du mouton électrique, on débranche les androïdes et on s'invente un nouveau futur.

Je n'en peux plus des gratte-ciels d'un kilomètre de haut, des hologrammes publicitaires de cinquante étages et des voitures volantes. Mute et Altered Carbon sur Netflix, la bande-annonce du remake de Fahrenheit 451 sur HBO. Le Blade Runner de Villeneuve, Ghost in the Shell, Luc Besson, les mangas, tout le toutim. Bordel, les gars: cette imagerie a 40 ans. Ce futur est rétro. Via le premier Blade Runner, il nous vient de Métal Hurlant, de Moebius, de Bilal. De Metropolis, de l'architecture à la fois fonctionnelle et mégalomane. De la guerre froide, de l'angoisse de la lutte nucléaire finale, de l'insalubrité des villes en faillite. Du militantisme contre la spéculation immobilière, des lois antitrusts, des dérives du corporatisme. C'est charmant mais c'est feignasse. Déjà, moi qui suis bruxellois et donc habitué aux travaux pour ainsi dire continus dans mon environnement urbain, je n'ai jamais très bien compris pourquoi on ne voit jamais une seule grue dans tous ces films et séries cyberpunks? Ces mondes sont systématiquement livrés clé sur porte. On n'y construit pas, on n'y répare rien et les grands conglomérats économiques qui sont généralement les méchants de ces histoires ne spéculent pas dans l'immobilier, ce qui est pourtant dans notre réalité une constante...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires