Le film de la semaine: Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

27/05/14 à 15:23 - Mise à jour à 15:24

Source: Focus Vif

COMEDIE | Adapté d'un best-seller suédois, Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire suit les aventures picaresques d'un centenaire excentrique. Explications de son réalisateur, Felix Herngren.

Le film de la semaine: Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire © DR

"Tout a commencé il y a trois ans et demi par un appel de Henrich Jansson-Schweizer, un ami et l'un des coproducteurs du film. Il venait de lire un roman qu'il avait trouvé formidable, et m'invitait à en faire de même avant de tenter d'en acquérir les droits. Il me l'a envoyé, et je n'en étais pas encore à la moitié que nous appelions l'agent de l'auteur, Jonas Jonasson..." Installé devant une bière dans un hôtel de Berlin Mitte, Felix Herngren savoure, à l'évidence, le moment. Best-seller littéraire avant de cartonner au box-office suédois, Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire semble bien parti pour en faire de même à l'échelon international, à en juger par l'accueil réservé par le public de la Berlinale à cette comédie absurde cultivant un sens aiguisé de l'humour à froid.

S'il n'est guère connu sous nos latitudes, le réalisateur a pourtant un solide background, qui l'a vu enchaîner séries télévisées et longs métrages, aussi bien comme acteur que comme réalisateur, d'ailleurs. Et d'expliquer, dans la foulée, que le succès des trois saisons de Solsidan n'est sans doute pas étranger au fait qu'il ait obtenu des droits fort convoités -une vingtaine de sociétés étaient en lice en effet.

"Pour le rôle principal du film, j'ai aussi eu l'idée d'engager Robert Gustafsson, un acteur apprécié pour son talent pour le slapstick à qui j'ai demandé de jouer dans une tonalité dramatique. Il fallait contrebalancer la folie qui émanait de l'histoire. Jonas Jonasson a apprécié ce mélange, de même que la touche fort suédoise de mes comédies télévisées. Il tenait à cet ancrage local, même si l'histoire est universelle."

Comme le laisse entendre son titre, Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire suit les évolutions d'Allan Karlsson, un centenaire décidant de se faire la malle de la maison de repos le jour de son jubilé, point de départ d'une série d'aventures picaresques. Jonas Jonasson lui ayant laissé carte blanche, Felix Herngren a ramené les quatorze heures que durait la version audio du roman à un peu moins de deux, s'autorisant, par la force des choses, une grande licence artistique. "La comédie écrite et la comédie filmée sont deux choses différentes, souligne-t-il à raison. Souvent, les comédies que l'on découvre au cinéma ne sont pas réussies, et la raison principale tient au fait qu'un scénario fort drôle à lire ne passe pas nécessairement bien à l'écran. L'humour ne se traduit pas toujours." A toutes fins utiles, le réalisateur a donc multiplié les essais avec son acteur principal, modulant le scénario en fonction, pour en assurer la dynamique. Dans le même ordre d'idée, et voulant s'assurer cette fois qu'un même interprète pourrait jouer le personnage central aux différents âges de sa vie, explorés à l'aide de flash-backs réguliers, il a imposé à Robert Gustafsson un test maquillage de sept heures avant de conclure à la faisabilité de l'entreprise -une paille, il est vrai, au regard des cinq heures de pose quotidiennes endurées par le comédien avant de tourner la première prise.

Sur le caractère universel de l'histoire, Gustafsson a cette réflexion: "Au début, j'y voyais une histoire typiquement suédoise, avec cette mélancolie toute particulière, mais aussi notre côté "underdog". Mais en fait, pas du tout: voir ce vieux bonhomme interférer avec l'Histoire, et agir comme le ferait un enfant, sans se soucier de vieillir, peut parler à n'importe qui. Quand nous vieillissons, nous avons tendance à nous poser, jusqu'au moment où il est trop tard et l'on voudrait encore pouvoir faire tant de choses. Mais Allan ne dit jamais demain, ou dans dix ans, il vit dans le moment." Disposition que le film exploite judicieusement, le laissant promener un regard distancié sur l'agitation alentour. Quant à la pression qui aurait pu éventuellement découler du rayonnement du roman, Felix Herngren l'évacue avec philosophie: "Je préfère indéniablement adapter un grand roman suscitant de nombreuses attentes qu'un livre oublié dont personne ne se soucie. Un film, c'est avant tout une bonne histoire à raconter. Si vous en avez une, la moitié du boulot est déjà faite..." Le Vieux... en apporte la démonstration, qui a d'ailleurs reçu l'imprimatur de Jonas Jonasson. "Il ne l'a vu qu'une semaine avant la Première, et il l'a regardé trois fois de suite. Il m'a envoyé un SMS le lendemain, où il disait: "La première fois, j'ai été sous le choc, la deuxième je l'ai trouvé OK, et la troisième, j'ai adoré". Ça me va..." (rires)

RENCONTRE Jean-François Pluijgers, À Berlin

Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

C'est l'histoire d'Allan Karlsson (Robert Gustafsson, bluffant), un vieillard décidant, le jour de son centenaire, de s'évader du home qui l'accueille, pour s'en aller (re)vivre sa vie. Et qui, ayant embarqué malgré lui une valise bourrée d'argent dans la gare la plus proche, va déclencher une série d'aventures rocambolesques qui vont venir pimenter sa liberté retrouvée. Le gaillard n'en est pas à son coup d'essai, il est vrai, dont l'on découvrira que l'existence fut balisée de rencontres littéralement explosives, de Staline à Albert Einstein.

S'il y a là des petits airs de Forrest Gump, Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire n'en trouve pas moins des accents aussi singuliers que savoureux. Entre humour à froid et énormités assumées, Felix Herngren donne aux pérégrinations de son héros une coloration décoiffante, la balade à travers le siècle étant encore agrémentée d'estimables clins d'oeil cinéphiles, aux classiques de la Guerre froide comme à Il était une fois la révolution.

DE FELIX HERNGREN. AVEC ROBERT GUSTAFSSON, IWAR WIKLANDER, DAVID WIBER. 1 H 54. SORTIE: 28/05.

En savoir plus sur:

Nos partenaires