"La vérité vraie est souvent quelque chose à quoi l'être humain ne peut prétendre"

11/04/18 à 11:08 - Mise à jour à 11:08
Du Le Vif Focus du 05/04/18

Hirokazu Kore-eda s'essaie, dans The Third Murder, au drame judiciaire. Mais s'il respecte les codes esthétiques et narratifs du polar, le film s'aventure aussi en terrain philosophique. Rencontre.

Orfèvre ès drames domestiques, un genre qu'il a pratiqué avec bonheur de Still Walking à After the Storm, Hirokazu Kore-eda entame, avec The Third Murder , un nouveau chapitre de sa filmographie. Le cinéaste nippon s'y essaie en effet au thriller, en l'occurrence un drame judiciaire voyant un avocat renommé accepter de défendre un criminel récidiviste -une cause désespérée, selon toute vraisemblance, ce dernier ayant avoué son crime. Et l'occasion, pour le réalisateur de After Life, de réaliser un film à strates multiples. "Si je me suis surtout consacré à des drames domestiques depuis une dizaine d'années, c'est parce que je voulais explorer l'être humain plus en profondeur. Ayant estimé avoir fait provisoirement le tour de la question, j'ai voulu élargir mon spectre, et embrasser la société dans son ensemble, pour tenter d'en comprendre les problèmes. Ce qui rejoint d'ailleurs d'une certaine manière les leitmotivs des documentaires que j'ai tournés pour la télévision à mes débuts. Cette volonté de regarder les problèmes de la société contemporaine en face a consti...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires