L'été côté nanars: Bowling

17/07/12 à 11:52 - Mise à jour à 11:52

Période relativement creuse en sorties ciné, l'été est bien souvent l'occasion de dégainer les pires nanars. Avec notamment, cette semaine, Bowling avec Mathilde Seigner et Catherine Frot.

L'été côté nanars: Bowling

© DR

Bowling, comédie de Marie-Castille Mention-Schaar. Avec Mathilde Seigner, Catherine Frot, Firmine Richard. 1h30. Sortie: 18/07. 0

Des films de bowling et assimilés, le cinéma en a produits quelques-uns, et même de fort bons; du reste, Bowling, le second film de Marie-Castille Mention-Schaar, emprunte-t-il son meilleur passage à The Big Lebowski, des frères Coen, en une citation limpide du Jesus qu'y incarnait John Turturro. C'est là, pour tout dire, le seul intérêt d'une comédie jouant maladroitement sur divers tableaux, entre particularisme breton et modèle social à l'anglaise façon The Full Monty ou Calendar Girls.

Soit donc le combat du personnel de l'hôpital de Carhaix pour empêcher la fermeture prochaine de la maternité. Et un enjeu qui va se cristalliser autour du parcours de l'équipe de bowling locale dans le championnat de Bretagne; équipe composée d'employées de ladite maternité, rejointes, pour le coup, par leur DRH coincée (et parachutée de Paris comme il se doit).

Le générique nous apprend que Bowling s'inspire d'une histoire vraie. Ce qui ne constitue certes pas une excuse pour commettre semblable nanar, dont l'on ne sait s'il y a lieu de déplorer prioritairement l'indigence de son scénario, ou sa mise en scène pataude, et l'on ne parle même pas d'un humour résolument ras-du-plancher ni de Mathilde Seigner, tellement NA-TU-RE. A ses côtés, Catherine Frot tente bien de donner le change, sans pouvoir y faire grand-chose pour autant (on se demande d'ailleurs ce qui l'a incitée à aller se commettre dans un film dont on n'imagine même pas qu'il ait été rémunérateur). Débutant dans les toilettes, ce Bowling s'achève fort logiquement dans la rigole...

Nos partenaires