Jeune femme, errance solitaire dans Paris

31/10/17 à 09:56 - Mise à jour à 09:56
Du Le Vif Focus du 27/10/17

Pour son premier long métrage, Caméra d'or au dernier festival de Cannes, la Française Léonor Serraille esquisse un portrait de femme fragile en forme d'errance dans Paris. Comme un solo de jazz libre à travers la ville.

"Je suis lessivée. Je vais essayer de ne pas raconter n'importe quoi... Tout ça va tellement vite. C'est fou." Cannes 2017, huitième jour. Les paupières sont lourdes, les jambes cotonneuses et les neurones en ébullition. Elle ne le sait pas encore mais plus que trois fois dormir et Léonor Serraille, 31 ans à peine, arpentera la Croisette la prestigieuse Caméra d'or, récompensant le meilleur premier film du festival, sous le bras. "Jeune femme était mon scénario de fin d'études à la Fémis, en fait. J'avais envie de revivre à travers celui-ci des choses que j'avais connues à Paris et que je trouvais difficiles. J'y suis arrivée à l'âge de 18 ans et j'ai trouvé ça hyper violent, notamment dans le milieu du travail, celui des petits boulots. Mais je voulais cette fois m'y confronter à travers un personnage très différent de moi, be...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires