Je m'appelle Malala, documentaire sur la jeune prix Nobel de la Paix

06/11/15 à 13:24 - Mise à jour à 13:23

Source: Afp

Je m'appelle Malala est le portrait de la Prix Nobel de la Paix Malala Yousafzai, de son enfance pakistanaise à son quotidien à Birmingham après la terrible attaque des talibans, un documentaire intime sur l'icône du droit à l'éducation des filles.

Je m'appelle Malala, documentaire sur la jeune prix Nobel de la Paix

La jeune prix Nobel de la Paix fait l'objet d'un documentaire portrait dans "Je m'appelle Malala". © EPA/VEGARD WIVESTAD GROTT

Filmé pendant 18 mois entre le Royaume-Uni, le Kenya, le Nigeria, Abou Dhabi et la Jordanie, le documentaire de l'Américain David Guggenheim nous apprend que le père de Malala a choisi son prénom en l'honneur de Malalaï de Maiwand, une combattante et poétesse afghane qui rallia l'armée pachtoune contre les troupes britanniques en 1880. "

Quand j'étais petite, beaucoup de gens disaient "changez ce nom de Malala, c'est un mauvais prénom, il signifie tristesse". Mais mon père répondait "non, il a une autre signification, le courage", raconte la jeune fille.

Le documentaire révèle l'étroite relation qui unit Malala à son père, lui-même professeur et militant du droit à l'éducation. "Nous sommes une même âme dans deux corps différents", dit-elle, ajoutant que "dans une famille conservatrice, je serais mariée avec deux enfants". Pour faire taire les critiques qui l'accusent de n'être que le porte-voix des idées paternelles, elle explique "[mon père] m'a seulement appelée Malala, il n'a pas fait de moi Malala. J'ai choisi cette vie."

D'élégants dessins animés associés à des photos de l'album de famille plongent également dans l'enfance de sa mère, Toor Pekai Yousafzai. Celle-ci raconte sa brève scolarisation avec des garçons, confiant qu'elle apprenait aujourd'hui à lire et à écrire, lors de sa première intervention en public vendredi soir à Londres à la conférence Women in the World. Un mère qui reconnaît être inquiète pour sa fille mais dit ne pas pouvoir "arrêter une fille comme elle de parler".

Et puis, lors de rares moments, celle qui veut devenir Premier ministre du Pakistan redevient une jeune fille aux préoccupations de son âge: on la voit parcourir des photos de Brad Pitt ou du tennisman Roger Federer, confier que L'Alchimiste de Paulo Coelho est son livre préféré, partager sa passion pour le cricket ou Stephen Hawking, et reconnaître un décalage avec ses camarades d'écoles britanniques qui ont toutes "des petits copains".

"Je m'appelle Malala" sort le 6 novembre au Royaume-Uni et le 27 janvier en France. Aucune date de sortie n'est encore communiquée pour la Belgique

Nos partenaires