Harmonium, solitude familiale

15/02/17 à 16:00 - Mise à jour à 16/02/17 à 11:24

Source: Focus Vif

Kôji Fukada, l'auteur de Au revoir l'été, passe la famille japonaise au scalpel dans Harmonium, un drame suffocant et vertigineux.

Guère connu sous nos latitudes, Kôji Fukada n'en compte pas moins, à un peu plus de 35 ans, parmi les auteurs en vue du cinéma japonais. Si son précédent Au revoir l'été en faisait le lointain héritier d'un Rohmer, Harmonium,son nouveau film, découvert à Un Certain Regard à Cannes, dévoile une facette plus sombre de son art. Le cinéaste y met en scène Toshio et Akié, un couple menant une existence tranquille avec leur fillette, Hotaru. Une quiétude troublée cependant par l'apparition de Yasaka, ancienne connaissance de Toshio qui va, au sortir d'un long séjour en prison, s'immiscer dans la vie de cette famille sans histoire... Difficile de ne pas penser, ne serait-ce que l'espace d'un instant, au Teorema de Pasolini, un artiste pour lequel Fukada ne cache d'ailleurs pas son admiration. Pour autant, Harmonium adopte des contours éminemment singuliers, tragédie intime se déployant tout en intensité feutrée.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires