Habemus Papam

06/09/11 à 16:08 - Mise à jour à 16:08

COMÉDIE DRAMATIQUE | Dans Habemus Papam, Nanni Moretti, réalisateur de Caro Diario, met en scène un pape -admirable Michel Piccoli- reculant devant l'ampleur de la tâche.

Habemus Papam

© DR

L'heure du soulagement est venue pour la foule des fidèles massés sur la place Saint-Pierre: après plusieurs tours de scrutin, les cardinaux réunis en conclave ont élu un nouveau pape, et le panache de fumée blanche tant attendu peut enfin s'élever dans le ciel romain. La stupeur succède pourtant rapidement à la liesse, personne n'apparaissant au balcon. Tétanisé par l'ampleur de la tâche qui l'attend, Melville, le souverain pontife fraîchement élu recule en effet. Et chacun de se perdre en conjectures, tandis que sa sainteté s'offre une fugue discrète dans les rues de Rome.

Ceux qui s'attendaient à une critique, plus ou moins virulente, de l'Eglise en seront pour leurs frais: c'est plutôt à une réflexion inspirée (et drôle) sur la crise de foi de cet homme, et sur le pouvoir, que se livre Moretti -propos dont la modestie n'est qu'apparente d'ailleurs, puisqu'on peut allègrement l'élargir à l'époque, et aux angoisses qu'elle génère. Ce qui nous vaut un film singulier, soutenu par une mise en scène virtuose et un Michel Piccoli magistral, dans le rôle d'un homme dont les états d'âme sont le coeur d'un ballet où pointe un soupçon d'ironie désabusée.

J.F. PL.

HABEMUS PAPAM, COMÉDIE DRAMATIQUE DE NANNI MORETTI. AVEC MICHEL PICCOLI, NANNI MORETTI, JERZY STUHR. 1 H 44. SORTIE: 07/09. ***

Nos partenaires