Félicité: "Un film, c'est pas à regarder, c'est à vivre!"

05/05/17 à 10:07 - Mise à jour à 10:07
Du LeVif Focus du 05/05/17

Alain Gomis fait de Félicité une expérience humaine, cinématographique et sensuelle intense.

Dès le départ, Alain Gomis entendait faire de son film une expérience sensorielle, ne se limitant pas à un récit (poignant) mais allant toucher au plus intime du rapport entre l'écran et le spectateur. "Un film, c'est pas à regarder, c'est à vivre!", clame le grand brun à dreadlocks dont le Félicité est l'oeuvre la plus singulière et la plus prenante de ce printemps frileux. À 45 ans, le réalisateur franco-sénégalais de L'Afrance et d'Aujourd'hui en demande toujours plus au cinéma, pour en offrir toujours plus à un public que la réussite impressionnante de son nouveau long métrage voit (enfin) augmenter. "J'ai voulu que la première partie du film propose une entrée accessible au plus large public possible, avant de l'emmener vers une autre écriture", explique un Gomis qui revendique "un point de vue flottant". "Le film dit "Je" de manière permanente... tout en passant d'un corps à l'autre! C'est pour cela aussi que j'ai choisi de to...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires