Du vent dans mes mollets

21/08/12 à 15:21 - Mise à jour à 15:21

COMÉDIE | Au départ, il y a la pièce, le roman et la bande dessinée de Raphaële Moussafir. Et une coïncidence heureuse, quand l'auteure dit à Carine Tardieu, qui voulait en faire l'adaptation, que les droits avaient été acquis par des producteurs que la réalisatrice connaissait...

Du vent dans mes mollets

© DR

COMÉDIE DE CARINE TARDIEU. AVEC AGNÈS JAOUI, DENIS PODALYDÈS, ISABELLE CARRÉ. 1H29. SORTIE: 22/08. ***

COMÉDIE | Au départ, il y a la pièce, le roman et la bande dessinée de Raphaële Moussafir. Et une coïncidence heureuse, quand l'auteure dit à Carine Tardieu, qui voulait en faire l'adaptation, que les droits avaient été acquis par des producteurs que la réalisatrice connaissait, et avec lesquels elle avait évoqué une possible collaboration. Ainsi né dans un contexte de désir commun et de complicité, le film qui sort aujourd'hui ne manque pas de refléter ce bonheur de faire et de partager. La cinéaste révélée par La Tête de maman (avec Karin Viard) sait y faire pour transposer l'oeuvre singulière de Moussafir en en respectant l'esprit mais en en prolongeant aussi la magie. Car il y a de la poésie dans cette histoire d'amitié enfantine se développant dans un double contexte familial parfois quelque peu compliqué. Rachel (Juliette Gombert) est une petite fille nourrie d'amour... et de boulettes par une maman juive un peu trop protectrice (Agnès Jaoui) et un tendre papa un peu dépassé parfois (Denis Podalydès). Sa rencontre avec l'intrépide Valérie (Anna Lemarchand), qui grandit bien plus librement avec une mère célibataire (Isabelle Carré), va dynamiter l'existence de la gamine. Mais aussi celle de son père, rapidement attiré par la maman de l'amie de sa fille... Entre drôlerie et tendresse, Carine Tardieu nous conte cette histoire avec un plaisir communicatif. Les acteurs, grands et petits, sont tous épatants. Et une certaine fantaisie formelle ajoute à la séduction.

Nos partenaires