Depardieu: "l'époque est à la pornographie, elle ne m'intéresse plus"

16/10/14 à 08:03 - Mise à jour à 09:38

Source: Le Vif

Gérard Depardieu sera bientôt sur scène chez nous, avec les mots de poètes que leur hypersensibilité lui rend proches.

Depardieu: "l'époque est à la pornographie, elle ne m'intéresse plus"

Gérard Depardieu. © Belga

Le rendez-vous était pris à Flagey, où Gérard Depardieu reviendra les 29 et 30 novembre prochains pour trois séances des plus particulières autour de la musique et de la poésie (1). La rencontre était soigneusement balisée, les questions devant être "exclusivement réservées" à cet original projet. Une poignée de journalistes était conviée à l'événement qui, chose rarissime, commença... en avance de quelques minutes. Flanqué de ses complices dans les manifestations à venir, le musicien Philippe Graffin et le photographe Nicolas Bruant, Depardieu porte une veste blanche finement lignée de bleu, dont sa main droite triture nerveusement le bas. "L'époque est à la pornographie, elle ne m'intéresse plus!" sera l'une des formules marquantes d'un acteur en bonne forme, ne tombant que rarement dans l'esquive et délivrant des rafales de mots forts et sonores dans le très beau salon Diongre de l'ex-INR.

Mise à nu

Lors des trois séances de fin novembre, il dira des textes de Rimbaud, de Verlaine, de Samuel Becket, de Jorge Luis Borges, de Baudelaire et de... Francis Blanche, entre autre. "Comme tout ce qui m'est arrivé depuis que je suis né, ça s'est fait comme ça", déclare Depardieu en replaçant le titre de son livre autobiographique (2)... qu'il se refuse par contre à évoquer. "Plus tard, peut-être, des attachés de presse à la con vous préviendront...", lâche-t-il, préférant parler de "ces rencontres, de ces amitiés qui font que les choses arrivent d'elles-mêmes". Gégé brandit le titre d'une des séances, La nuit nous appartient, pour célébrer "cette nuit qui nous amène à nous confronter à nos démons, des démons que seule la musique et la poésie peuvent raisonner..." Depardieu et la poésie! Dans le contexte récent où il fut surtout question de scandale (le film sur l'affaire DSK Welcome To New York, l'installation pour raisons fiscales supposées en Belgique à Néchin, la défense laborieuses de ses "amis" Vladimir Poutine et Islam Karimov (le tyran d'Ouzbékistan), on en avait perdu de vue que l'homme est encore capable de finesse. Pas question aujourd'hui de pouvoir l'interroger sur le poème sarcastique à Jean-Marc Ayrault qu'on lui attribue, ou sur ceux de l'opposant russe Dimitri Bykov épinglant son pote du Kremlin, ou encore sur Yusuf Juma, le poète ouzbek emprisonné par son autre pote de Tachkent... Mais quel plaisir de retrouver un artiste à fleur de peau, qui rejoint les poètes dans leur écorchement existentiel d'un tonitruant "Je n'ai jamais eu de costard, je suis nu, il y a juste ma peau... Mon fils Guillaume, lui, n'avait pas même la peau..." Et l'émotion du père de poindre ("Guillaume est en moi") à l'évocation du poème A force de, qu'il dira le 29 novembre et que son fils écrivit à l'hôpital, atteint déjà de la maladie nosocomiale qui allait l'emporter...

Manger et se détruire

Depardieu épouse cette poésie "qui offre ces mots à l'hypersensibilité", cet art qu'il a découvert avec un bouquin de Giono ("Le Chant du monde, avec sa dimension spirituelle, tragique"). Il adhère au noir constat que fait Houellebecq d'un "ressentiment à l'égard de la vie, nécessaire à toute création artistique véritable." Sa seule obsession, clame-t-il, est de "manger et me détruire!" "Mais ce n'est pas facile...", ajoute l'acteur avec un humour qu'on devine assez désespéré. Il réprouve "le manque de communication" de notre époque, regrette "l'immense océan qui sépare les parents des enfants", et condamne "la pornographie de tous ceux qui n'ont plus aucune censure." Ce qui le sauve, c'est "son amour des gens", son intérêt pour eux, "la lumière des êtres". "Et le silence!" ajoute-t-il, lui le passeur de mots...

(1) La Nuit nous appartient (samedi 29 novembre à 18h), Le Carnaval des animaux (dimanche 30 à 11 h) et La Nuit transfigurée (le même jour à 16h) www.flagey.be

(2) Ca s'est fait comme çà (XO éditions)

En savoir plus sur:

Nos partenaires