Deepak Rauniyar radiographie le Népal

07/02/18 à 15:02 - Mise à jour à 15:03
Du Le Vif Focus du 01/02/18

Le cinéaste népalais Deepak Rauniyar signe un vibrant drame humain doublé d'une radiographie sensible de son pays, toujours aux prises avec ses contradictions une décennie après une douloureuse guerre civile.

Le soleil blanc du titre du film, c'est celui qu'arbore le drapeau national de la jeune République démocratique fédérale du Népal. Un symbole d'espoir et de prospérité pour un pays toujours en transition plus de dix ans après la guerre -de 1996 à 2006, la lutte armée opposant gouvernement en place et rebelles maoïstes se solde par près de 15.000 morts. Soit le terrain miné sur lequel s'avance le nouveau long métrage de Deepak Rauniyar, chef de file d'une nouvelle vague encore timide s'autorisant enfin à représenter les bouleversements et les traumas ayant récemment eu le don de secouer la société népalaise. "J'avais 17 ans quand la guerre a éclaté. Aujourd'hui, j'approche de la quarantaine et je peux dire que ce conflit a considérablement impacté le cours de mon existence. Il y a beaucoup de moi, et des gens que je connais, dans les personnages et les situations du film."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires