Dans Haphead, les jeux vidéo apprennent aux joueurs à tuer

17/07/15 à 13:43 - Mise à jour à 13:43

La première saison de la websérie prometteuse Haphead vient de voir le jour grâce à un crowdfunding efficace. Disponible gratuitement, elle nous prouve que la science-fiction a encore un bel avenir devant elle. Au moins jusqu'en 2025.

Dans Haphead, les jeux vidéo apprennent aux joueurs à tuer

Apprendre à tuer grâce aux jeux-vidéo immersifs dans la websérie Haphead © YouTube

Dans dix ans, les jeux vidéo seront tellement immersifs que des ados apprendront à tuer rien qu'en jouant. Ils seront surnommés des hapheads (pour haptic, littéralement "la science du toucher", et head, la tête). La société les craindra comme elle a toujours craint la nouveauté. Mais ces armes en puissance n'en auront que faire, car l'avenir leur appartiendra.

Telles sont les prévisions délicieusement effrayantes que nous inocule Haphead, une websérie noire remplie d'action, d'intrigue et de coeur, et qui démontre par A + B que la science-fiction n'est pas morte. Elle est simplement passée du cinéma au web.

Maxine fait partie des premiers hapheads. Adolescente calme, elle travaille dans une usine qui développe des compétences de réalité augmentée dans les jeux vidéo. Elle est ce que son rebelle de père appelle un fantôme avec un boulot de merde ("Ghost with shit job"). Quand elle vole un des prototypes de la multinationale dans laquelle elle travaille, sa vie passe au niveau supérieur. Son jeu vidéo préféré de lapin-ninja se fait plus intéressant mais aussi plus violent grâce aux sensations de toucher qui impriment désormais sa mémoire musculaire. Elle apprend à se battre "en jouant", mais le jeu s'arrête quand un autre haphead cause la disparition de son père. La suite est une mise en pratique de ses compétences létales pour comprendre les circonstances de sa mort.

Cette websérie a été conçue par Jim Munroe, un des membres fondateurs de la Hand Eye Society, une ASBL de promotion de la culture du jeu vidéo au Canada. Le projet a abouti en janvier 2015, supporté par un financement participatif orchestré avec brio. En à peine un mois, 22 000 euros ont été généreusement offerts par 561 convaincus, permettant le tournage de la première saison. Cette réussite, l'équipe la qualifie elle-même de "petit miracle". Le financement a commencé au printemps et depuis, le projet a carburé à plein régime. En deux semaines, l'équipe a peaufiné le scénario, fait passer des auditions, répété et filmé les huit épisodes jusqu'à totaliser plus d'une heure de première saison.

Offertes gratuitement par les productions Frostbite et Postopian, les 70 minutes de la première saison de Haphead sont servies sur le site web de la série. Ou bien ici-même. Popcorns non inclus.

En savoir plus sur:

Nos partenaires