Critique ciné: Viva la liberta

04/03/14 à 15:02 - Mise à jour à 15:02

Source: Focus Vif

COMÉDIE DRAMATIQUE | Adaptant son propre roman, Roberto Ando signe, avec Viva la liberta, une satire politique réjouissante transcendée par le génial Toni Servillo.

Critique ciné: Viva la liberta

Viva la liberta - Toni Servillo © DR

Tout commence lorsque, gagné par une profonde lassitude, Enrico Oliveri, le leader contesté de l'opposition de gauche italienne, disparaît sans crier gare, laissant l'état-major de son parti désemparé. Si chacun se perd en conjectures quant aux motivations de son geste (on apprendra qu'il est parti se ressourcer en France, auprès d'un amour de jeunesse), le temps n'est pas aux tergiversations, à l'approche d'importantes échéances électorales. Si bien que son assistant imagine bientôt de substituer au politicien défaillant Giovanni Ernani, son frère jumeau, un philosophe et doux original atteint de trouble bipolaire. Contre toute attente, le parler vrai de ce dernier, quelque peu iconoclaste dans le contexte politique du moment, fait mouche, galvanisant les foules. Et le parti de reprendre quelques couleurs dans les sondages, alors même que son secrétaire général tente de renouer les fils de son existence.

Adaptant son propre roman, Roberto Ando signe, avec Viva la liberta, une satire politique réjouissante. Si le portrait de la classe dirigeante italienne s'y fait volontiers acide, le réalisateur ne cède pas pour autant à la démagogie facile, s'interrogeant sur la vacance du pouvoir et la pérennité des idéaux. Savoureuse, la fuite en avant de cet homme écrasé par les responsabilités n'est pas sans rappeler le Habemus papam de Nanni Moretti. Et s'il est plus convenu dans son volet intime, le film ne s'en avère pas moins joliment enlevé; transcendé encore par le génial Toni Servillo qui, renouant avec la chose politique après Il Divo de Paolo Sorrentino, en incarne les deux pôles, mélancolique et léger, avec un égal bonheur.

  • DE ROBERTO ANDO. AVEC TONI SERVILLO, VALERIO MASTANDREA, VALERIA BRUNI-TEDESCHI. 1 H 34. SORTIE: 05/03.

Nos partenaires