Critique ciné: Vie sauvage, profondément touchant

28/10/14 à 10:06 - Mise à jour à 10:06

Source: Focus

DRAME | S'il étire un peu sa chronique d'une séparation et d'une survie, Cédric Kahn reste inégalable dans la proximité avec ses personnages. Il touche, simplement, profondément.

Critique ciné: Vie sauvage, profondément touchant

Mathieu Kassovitz dans Vie sauvage © Carole Bethuel

Vivre comme les Indiens. Choisir l'option nomade. Quitter la ville. Etablir un campement. Elever des chevaux, planter quelques légumes. Ne pas envoyer les enfants à l'école mais leur enseigner soi-même, dans la caravane tenant de domicile familial. Nora et Paco ont fait le choix de cette vie libre mais rude, trop rude et ingrate désormais pour Nora qui prend les trois fils du couple avec elle, quitte Paco et va se réfugier chez ses parents... Ainsi commence le nouveau film de Cédric Kahn, son premier depuis cette merveille de justesse et d'émotion qu'est Une vie meilleure. Dans ce dernier, le cinéaste français nous chevillait aux efforts d'un jeune couple pour réaliser son rêve d'ouvrir un restaurant. Le rêve tournait au cauchemar, tant la société est brutale envers ceux qui ont peu. Les héros d'Une vie meilleure étaient poussés vers la marge. Ceux de Vie sauvage l'ont choisie délibérément, mais la désillusion ne les guette pas moins sur un parcours aux implications parfois sous-estimées. Mathieu Kassovitz et Céline Sallette sont Paco et Nora autant qu'ils les jouent. Chacun avec sa vérité, pas forcément compatible avec celle de l'autre... S'il étire un peu sa chronique d'une séparation et d'une survie, Kahn reste inégalable dans la proximité avec ses personnages. Il ne juge pas plus qu'il n'étale le pathos. Il touche, simplement, profondément.

  • DE CÉDRIC KAHN. AVEC MATHIEU KASSOVITZ, CÉLINE SALLETTE, DAVID GASTOU. 1H46. SORTIE: 29/10.

Nos partenaires