[Critique ciné] The Man Who Killed Don Quixote, régulièrement jubilatoire

25/07/18 à 09:52 - Mise à jour à 09:52

Source: Focus Vif

FILM D'AVENTURES | Il aura donc fallu plus de 20 ans à Terry Gilliam pour venir à bout de son Don Quichotte, libre adaptation de l'oeuvre de Cervantes, et un film dont l'on crut longtemps qu'il était frappé d'une malédiction.

[Critique ciné] The Man Who Killed Don Quixote, régulièrement jubilatoire

Fruit d'une longue obsession, The Man Who Killed Don Quixote est du vintage Gilliam, célébration de l'imaginaire qui expédie Toby (Adam Driver), un réalisateur de pub cynique, dans le petit village espagnol où il tourna autrefois un film de jeunesse éponyme. Et de découvrir l'empreinte profonde laissée par cette expérience sur les villageois, le cordonnier qui jouait Don Quichotte (Jonathan Pryce) en particulier qui, resté prisonnier de son rêve de moulins, va y entraîner le publicitaire... Sans surprise, la suite est pure extravagance, compensant son caractère parfois bancal par son énergie. Si l'humour de Gilliam a pris un sacré coup de vieux, et qu'il y a là de fâcheuses ruptures de rythme, le film vibre d'une passion peu banale, mise en abyme assortie d'une réflexion sur la création intégrant au passage des éléments contemporains -on y croise un oligarque russe comme des réfugiés-, non sans permettre à l'auteur de revisiter ses classiques (on pense, par endroits, à Holy Grail). Soit une épopée improbable, joyeusement foutraque mais parsemée de fulgurances, à laquelle l'opposition de style entre Jonathan Pryce et Adam Driver donne un tour régulièrement jubilatoire.

De Terry Gilliam. Avec Adam Driver, Jonathan Pryce, Olga Kurylenko. 2h12. Sortie: 25/07. ***(*)

>> Lire également nos interviews de Terry Gilliam et Adam Driver.

Nos partenaires