[Critique ciné] The Good Dinosaur (Le Voyage d'Arlo), mignon mais globalement insipide

24/11/15 à 15:24 - Mise à jour à 15:24

Source: Focus Vif

ANIMATION | Elle est loin, l'époque où Pixar ne régalait ses fans qu'à raison d'un long métrage tous les deux ans environ.

[Critique ciné] The Good Dinosaur (Le Voyage d'Arlo), mignon mais globalement insipide

The Good Dinosaur (Le Voyage d'Arlo en VF) © Disney/Pixar

Quelques mois à peine après l'épatant Inside Out, voilà que déboule sur nos écrans The Good Dinosaur (Le Voyage d'Arlo), nouvelle production du studio de Emeryville, à destination des tout jeunes spectateurs celle-ci. Soit, dans un monde où les dinosaures cohabitent avec les hommes, l'histoire d'Arlo, jeune aptosaure peureux qui, en guise d'apprentissage de la vie, va entamer un long voyage initiatique dans une nature souvent hostile. Un périple au cours duquel il va faire la connaissance de Spot, un petit garçon dégourdi, l'improbable duo vivant d'incroyables aventures...

Six ans ont été nécessaires à l'accouchement de The Good Dinosaur, le projet rencontrant de nombreux problèmes avant d'être confié à Peter Sohn, animateur sur diverses productions maison. A l'autopsie, John Lasseter et ses associés auraient sans doute été mieux inspirés en rangeant le scénario sur l'étagère aux fausses bonnes idées. Mignon mais globalement insipide, Le voyage d'Arlo n'approche jamais des standards de qualité d'écriture auxquels avait habitué un studio ayant produit Toy Story et Wall-e, entre autres, le film semblant se traîner à la poursuite d'un fort maigre enjeu. Tout au plus si l'on retiendra l'un ou l'autre second rôle distrayant -ainsi du styracosaure et de son étrange collection-, et le soin tout particulier apporté aux décors, recréant avec un réalisme saisissant les grands espaces naturels américains. Une prouesse technique qui constitue le seul véritable intérêt de ce long métrage brouillant un peu plus les cartes entre Disney et Pixar, mais que l'on jurerait profilé pour le direct vidéo... Dispensable.

De Peter Sohn. Avec les voix (vf) de Jean-Baptiste Charles, Eric Cantona, Olivia Bonamy. 1h35. Sortie: 25/11.

En savoir plus sur:

Nos partenaires