[Critique ciné] Star Trek Beyond, mauvais au point d'en devenir ridicule

23/08/16 à 10:40 - Mise à jour à 10:40

Source: Focus Vif

Que dire de pareil ratage, aussi total que navrant? Sans doute qu'il démontre par l'absurde l'impact qu'un seul homme peut avoir sur un film ou une "franchise", même dans cette usine à films qu'est la production américaine.

[Critique ciné] Star Trek Beyond, mauvais au point d'en devenir ridicule

Simon Pegg, Sofia Boutella et Chris Pine dans Star Trek Beyond, de Justin Lin. © Kimberley French

L'homme, c'est bien sûr en l'espèce J. J. Abrams. Il avait relancé de spectaculaire manière une longue et globalement bien médiocre série, signant avec Star Trek (2009) et Star Trek into Darkness (2013) deux films inventifs, excitants, donnant plus d'épaisseur aux personnages et une force organique rare aux séquences d'action. Abrams s'en est désormais allé s'occuper de l'autre grande saga de science-fiction hollywoodienne: Star Wars. Son remplacement derrière la caméra par Justin Lin ne laissait rien augurer de très bon, ce réalisateur ayant pour titres de noblesse quatre épisodes tonitruants mais creux de la série Fast & Furious. Pour autant, qui aurait pu prédire que Star Trek Beyond serait mauvais au point d'en devenir ridicule? Scénario tenant en une ligne (un méchant nommé Krall attaque l'Entreprise pour s'emparer d'une arme fatale), personnages réduits à leur caricature, action constamment prévisible et longues scènes d'explications technologiques absconses... Un retour en arrière de plusieurs décennies, malgré une avalanche d'effets digitaux et sonores qui finit par être assommante. Le titre français est fort mal choisi, qui ose un Star Trek sans limites alors même que le film les multiplie de la plus consternante façon. J. J. Abrams n'est pas sans responsabilité dans ce désastre puisqu'il est crédité en tant que coproducteur. N'a-t-il rien anticipé du naufrage, ou s'en est-il fichu?

FILM DE SCIENCE-FICTION DE JUSTIN LIN. AVEC CHRIS PINE, ZACHARY QUINTO, SIMON PEGG. 2H03. SORTIE: 17/08. *(*)

Nos partenaires