Critique ciné: Refugiado, l'histoire d'une errance, intense et troublant

12/05/15 à 12:16 - Mise à jour à 12:25

Source: Focus

DRAME | C'est l'histoire d'une errance, celle d'une mère, Laura, et de son fils, Matias, décidant un jour de fuir le domicile familial, saturé de la violence paternelle.

Critique ciné: Refugiado, l'histoire d'une errance, intense et troublant

© DR

C'est l'histoire d'une errance, celle d'une mère, Laura, et de son fils, Matias, décidant un jour de fuir le domicile familial, saturé de la violence paternelle. Elle est enceinte et marquée dans sa chair, il a les élans et les peurs d'un enfant de sept ans; les voilà livrés à l'inconnu, réfugiés et fugitifs à la fois, tentant de trouver quelque havre où s'abriter. Une déambulation qui les emmènera d'un foyer pour femmes battues en un hôtel borgne, et puis plus loin encore dans la nuit, afin de tenter de se soustraire à la menace, diffuse, planant sur leur quotidien...

Révélé en 2002 par Tan de repente, Leopard d'Argent à Locarno, Diego Lerman s'est imposé comme l'une des figures de proue du nouveau cinéma argentin. Refugiado, son quatrième long métrage, vient souligner, si besoin en était, la singularité de son regard. S'emparant d'un sujet de société, le réalisateur réussit à l'emmener en terrain inattendu sans l'escamoter en rien pour autant. Porté par une caméra toujours en mouvement, et envisagé à travers les yeux de Matias et son rapport ambivalent aux événements, le récit âpre de cette fugue trouve des accents émouvants sans jamais verser dans le pathos mélodramatique. Et se détourne par ailleurs habilement des poncifs pour leur préférer une tension sourde n'étant pas sans rappeler celle de La Nuit du chasseur. Autant dire qu'il y a là, oscillant entre noirceur et lumière, un film aussi intense que troublant...

  • DE DIEGO LERMAN. AVEC JULIETA DIAZ, SEBASTIAN MOLINARO, MARTA LUBOS. 1 H 33. SORTIE: 13/05.

Nos partenaires