[Critique ciné] Ready Player One, lourdement indigeste

21/03/18 à 11:29 - Mise à jour à 27/03/18 à 11:31
Du Le Vif Focus du 22/03/18

ACTION/SCIENCE-FICTION | Malgré de sporadiques éclairs de génie et d'innombrables citations de la pop culture des années 80, le film de Spielberg est un rollercoaster dont on peut se demander s'il s'agit encore de cinéma.

[Critique ciné] Ready Player One, lourdement indigeste

2045. Le monde étant plus chaotique que jamais, ses habitants ont pris l'habitude de se réfugier dans l'Oasis, univers virtuel de tous les possibles imaginé par James Halliday (Mark Rylance). Disparu cinq ans plus tôt, le génial concepteur a laissé un testament en forme de chasse au trésor, promettant à quiconque réussira à résoudre les trois énigmes conduisant à l'oeuf de Pâques numérique dissimulé dans le vaste terrain de jeu d'hériter de sa fortune. La difficulté étant à la mesure de l'enjeu, tous s'y sont cassé les dents, sans que la fièvre retombe. Et s'il montre d'évidentes dispositions, Wade Owen Watts (Tye Sheridan), un jeune homme ayant grandi dans un cloaque de Columbus, Ohio, aura fort à faire pour parvenir à ses fins, sans même compter la concurrence déloyale d'Innovative Online Industries...

Deux axes président à la filmographie de Steven Spielberg, aux films "adultes" (comme, tout récemment, l'excellent The Post) répondant une veine résolument "popcorn". Ready Player One s'inscrit dans cette dernière, déployant son intrigue pétaradante dans deux réalités parallèles, dont la virtuelle occupe l'avant-plan. À l'impossible, nul n'est tenu, et même le réalisateur de War of the Worlds peine à se dépêtrer d'un scénario complexe mais creux. S'il y a là de sporadiques éclairs de génie -ainsi, lorsqu'une épreuve intègre The Shining-, et d'innombrables citations de la pop culture des années 80 (de Jump aux films de John Hughes), l'ensemble se révèle lourdement indigeste, rollercoaster au format jeu vidéo dont on peut légitimement se demander s'il s'agit encore de cinéma.

De Steven Spielberg. Avec Tye Sheridan, Olivia Cooke. 2h20. Sortie: 28/03. **

Nos partenaires