Critique ciné: Profanation, polar glauque à la scandinave

02/06/15 à 14:46 - Mise à jour à 14:46

Source: Focus

POLAR | Sans démériter du polar glauque à la scandinave, le film est un peu trop simpliste et trop étiré pour égaler son prédécesseur, The Keeper of Lost Causes.

Critique ciné: Profanation, polar glauque à la scandinave

Les Enquêtes du département V: Profanation © DR

On attendait avec grand intérêt le retour de Carl et Assad, les enquêteurs de l'impossible dont The Keeper of Lost Causes avait révélé le travail obsessionnel sur des affaires criminelles abandonnées... parfois expressément. Le nouveau mystère dont ils cherchent la clé leur fera remonter la piste de quelques gens fortunés et pervers, multipliant les horreurs dans l'impunité que leur offre leur position sociale élevée. Sans démériter du polar glauque à la scandinave, le film est un peu trop simpliste et trop étiré pour égaler son prédécesseur. Nikolaj Lie Kaas (avec sa tronche de Schwarzenegger pensif) et l'épatant Fares Fares font le travail avec toujours autant de présence.

DE MIKKEL NORGAARD. AVEC NIKOLAJ LIE KAAS, FARES FARES, PILOU ASBAEK. 1H59. SORTIE: 03/06.

En savoir plus sur:

Nos partenaires