Critique ciné: Mandela: Long Walk to Freedom

17/12/13 à 14:41 - Mise à jour à 14:41

Source: Focus Vif

BIOPIC | Tout juste sorti en Afrique du Sud, le film s'est installé en tête du box-office, réalisant un meilleur démarrage que la plupart des blockbusters américains de l'année.

Critique ciné: Mandela: Long Walk to Freedom

Mandela: Long Walk to Freedom - Idris Elba © DR

Il est probable qu'ailleurs aussi, ce biopic intéresse un public important. Nelson Mandela n'est pas qu'une figure clé de l'Histoire africaine. Son rayonnement ne connaît pas de limite géographique ni même idéologique, depuis qu'il est devenu le symbole vivant de la lutte antiraciste, de la résistance à l'oppression avec ses 27 années d'emprisonnement, et ensuite de la responsabilité politique avec son accession au pouvoir dans un pays pacifié, ne cédant pas à la tentation de la vengeance. Mandela: Long Walk To Freedom reconstitue un parcours commençant par un rite Xhosa (l'ethnie du futur président) de passage à l'âge d'homme, et se poursuivant dans les tribunaux où l'engagement du jeune avocat débouchera sur l'activisme dans les rangs de l'ANC (le Congrès National Africain). Le film a le trait didactique, démonstratif, comme une immense majorité de récits biographiques tendant naturellement vers l'hagiographie. Un défaut qui s'atténue un peu dans les scènes de prison et qu'on finit par oublier dans une dernière partie (la libération, le nouveau combat pour la paix dans un pays à feu et à sang) où l'image du héros se veut enfin plus complexe, et donc plus humaine. Idris Elba, acteur et DJ britannique, campe solidement un Mandela crédible.

  • DE JUSTIN CHADWICK. AVEC IDRIS ELBA, NAOMIE HARRIS, TONY KGOROGE. 2H26. SORTIE: 18/12.

Nos partenaires