[Critique ciné] Mal de pierres, pas facile...

18/10/16 à 09:23 - Mise à jour à 09:22

Source: Focus Vif

DRAME | Inscrit dans une certaine tradition du cinéma français, Mal de pierres en évite les poncifs tout en assumant son ambition de toucher un large public.

[Critique ciné] Mal de pierres, pas facile...

Marion Cotillard dans Mal de pierres, de Nicole Garcia © DR

Cela commence assez mal, tant n'est pas évidente la crédibilité de Marion Cotillard en adolescente éprise de son professeur... Mais une fois passé cet écueil initial, l'actrice aussi fragile encore qu'émouvante dans le début de la maturité signe une interprétation de choix dans le personnage de Gabrielle. La romancière Milena Agus avait imaginé cette femme aux désirs frémissants, mariée par convenance à un paysan (Alex Brendemühl) à qui elle se refuse, et croisant l'amour fou sous les traits d'un bel officier (Louis Garrel) à la santé trop fragile. Nicole Garcia transpose l'action du livre de la Sardaigne à la Provence, pour une adaptation éminemment classique mais portée, habitée, semée aussi de fulgurances érotiques relayant joliment ce désir féminin qui choquait encore tellement dans les années 30-40. Montrée du doigt par certains au Festival de Cannes pour avoir filmé "trop bourgeois", Garcia échappe à l'académisme par la sensualité de sa réalisation, chevillée à celle de son héroïne et d'une comédienne qu'elle porte à incandescence. Inscrit dans une certaine tradition du cinéma français, souvent honnie mais qu'il transcende en partie, Mal de pierres en évite les poncifs tout en assumant son ambition de toucher un large public. La critique française l'a beaucoup aimé ou beaucoup détesté (voir l'interview, éclairante). Pas facile d'assumer une démarche personnelle dans ce contexte fiévreux où s'opposent encore et toujours, caricaturalement parfois, un "mainstream" paresseux et une marge inventive.

DE NICOLE GARCIA. AVEC MARION COTILLARD, LOUIS GARREL, ALEX BRENDEMÜHL. 1H56. SORTIE: 19/10. ***(*)

Nos partenaires