[Critique ciné] La Fille de Brest, un téléfilm de luxe

04/07/17 à 12:19 - Mise à jour à 12:19
Du LeVif Focus du 30/06/17

DRAME | On trouve au coeur du nouveau film d'Emmanuelle Bercot (Elle s'en va, La Tête haute), une affaire ayant défrayé en son temps la chronique médicale et judiciaire française.

[Critique ciné] La Fille de Brest, un téléfilm de luxe

À savoir le scandale du Mediator, du nom d'un antidiabétique mis en vente en 1976 dans l'Hexagone, et administré à quelque 300.000 personnes avant qu'une pneumologue de l'hôpital de Brest, Irène Frachon, ne fasse, une trentaine d'années plus tard, le lien entre la prise du médicament et la mort suspecte de plusieurs patients. C'est son combat opiniâtre que retrace aujourd'hui La Fille de Brest, revenant, à la manière d'un polar doublé d'un film de procès, sur les épisodes successifs de la lutte en apparence inégale qui devait opposer la médecin aux tout-puissants laboratoires Servier, sur arrière-plan de scepticisme des autorités compétentes...

Après la justice des mineurs dans La Tête haute, c'est donc d'un autre sujet de société que s'empare Emmanuelle Bercot, en démontant les rouages de cette affaire à bien des égards exemplaire avec une précision toute documentaire. Si l'entreprise est assurément louable, la réalisatrice échoue cependant à transcender les lourdeurs du film à thèse, alignant les péripéties scénaristiques de manière par trop mécanique, sinon laborieuse. En résulte ce qui ressemble à un téléfilm de luxe, et cela même si l'excellente Sidse Babett Knudsen (vue dans la série Borgen, mais aussi dans L'Hermine) incarne l'insubmersible docteur Frachon avec toute la conviction et la volonté farouche requises...

Drame d'Emmanuelle Bercot. Avec Sidse Babett Knudsen, Benoît Magimel, Gustave Kervern. 2h08. Sortie: 05/07. **(*)

Nos partenaires