[Critique ciné] Guardians of the Galaxy Vol. 2, pourquoi la suite tourne en rond?

25/04/17 à 12:00 - Mise à jour à 26/04/17 à 10:00
Du LeVif Focus du 28/04/17

FILM DE SUPER-HÉROS | La réussite de Guardians of the Galaxy -space opera pétaradant et rigolard, phénoménal carton de l'été 2014- appelait logiquement une suite.

[Critique ciné] Guardians of the Galaxy Vol. 2, pourquoi la suite tourne en rond?

© DR

[Critique ciné] Guardians of the Galaxy Vol. 2, pourquoi la suite tourne en rond?

Et le générique introductif de ce deuxième volume de l'adaptation du comic book Marvel du même nom laisse à vrai dire à nouveau augurer du meilleur. Reléguée bien loin dans la profondeur de champ, la titanesque baston alien qui s'y joue est ravalée au rang de simple détail de l'histoire, dénotant un usage particulièrement malin de la 3D et un sens consommé du décalage pop. Toujours à la manoeuvre, James Gunn refait le coup de Howard the Duck, invite Kurt Russell et Stallone à la fête, rend un hommage appuyé à la série Cheers, cite aussi bien le North by Northwest de Hitchcock que le Mary Poppins de Disney et s'offre même le caméo éclair d'un David Hasselhoff. Bref, en grand enfant versé dans le fétichisme de la cassette audio et la nostalgie cool, il se fait plaisir. D'où vient alors cette impression tenace que le film, trop long, très bavard, tourne complètement en rond? D'une esthétique numérique souvent à la limite du mauvais goût? D'enjeux à ce point ténus qu'ils se voient systématiquement désamorcés dans le sarcasme et l'humour itératif? Grevée de bons sentiments et d'un goût franchement douteux pour l'héroïsme sacrificiel, cette suite est une déception. Oui mais les "Gardiens de la Galaxie reviendront", rassure le générique de fin. Pour quoi faire?

De James Gunn. Avec Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista. 2h16. Sortie: 26/04. **(*)

Nos partenaires