Critique ciné: Gallows Hill (The Damned), l'ennui plutôt que l'épouvante

26/08/14 à 16:33 - Mise à jour à 16:33

Source: Focus

HORREUR | Une maison perdue au milieu de nulle part, et dans la cave de celle-ci, une fillette séquestrée. Les bonnes idées s'arrêtent là.

Critique ciné: Gallows Hill (The Damned), l'ennui plutôt que l'épouvante

Gallows Hill se sert des clichés du cinéma d'épouvante sans parvenir à effrayer pour autant. © DR

Accidentés sous le déluge dans la jungle colombienne, une famille américaine et leurs amis trouvent refuge dans une auberge isolée. Et de découvrir, effarés, que le cerbère commis à la garde des lieux détient une jeune fille dans un caveau; la première d'une longue série de mauvaises surprises, la libération d'icelle semblant déchaîner des forces occultes les dépassant. N'était, à la rigueur, le climat glauque dans lequel baigne sa première partie, rien à sauver dans cet indigeste fatras de clichés, un film d'horreur abracadabrant échouant à effrayer comme à faire rire, pour ne laisser au spectateur que le sentiment d'un ennui à ce point abyssal que l'on en frémit, en effet...

  • De Victor Garcia. Avec Peter Facinelli, Carolina Guerra, Julieta Salazar. 1h30. Sortie: 27/08.

En savoir plus sur:

Nos partenaires