[Critique ciné] Eperdument, Gallienne et Exarchopoulos très engagés

15/03/16 à 10:53 - Mise à jour à 10:53

Source: Focus Vif

DRAME | L'amour a ses lois, que celles inscrites dans les codes ne peuvent brider quand la passion s'installe.

[Critique ciné] Eperdument, Gallienne et Exarchopoulos très engagés

Guillaume Gallienne et Adèle Exarchopoulos dans Eperdument de Pierre Godeau. © DR

Jean (Guillaume Gallienne) est le directeur d'une prison en région parisienne. Anna (Adèle Exarchopoulos) y débarque, détenue dans une affaire de meurtre et en attente d'un proche procès. Marié, père de famille, Jean va remarquer la nouvelle venue, s'intéresser à elle, tandis que la jeune femme développe à son égard un désir tournant progressivement à l'obsession. La situation est certes des plus particulières. Enfermée, Anna ne peut échapper aux approches de Jean. Mais le rapport de pouvoir s'inverse à la lumière du risque pris par le directeur, et du doute légitime quant aux vraies motivations de la belle...

Guillaume Gallienne, en rupture de registre comique, fait exister son personnage troublé. Adèle Exarchopoulos, révélation de La Vie d'Adèle, confirme une pure présence d'une rare intensité. Mais l'académisme de la réalisation de Pierre Godeau, les libertés trop grandes prises par le scénario avec toute légitime crédibilité empêchent leur incarnation d'un amour interdit de prendre toute sa mesure. L'émotion s'étiole, faute de soin dans un récit aux invraisemblances de plus en plus manifestes au fil du récit. Un comble, alors même qu'Eperdument est tiré... d'une histoire vraie, qui inspira d'abord Florent Gonçalves pour son livre Défense d'aimer (1). Un peu plus d'audace dans la mise en scène, beaucoup plus d'attention aux faiblesses scénaristiques auraient mieux servi un duo de comédiens très engagés dans leur rôle.

(1) PRESSES DE LA CITÉ, 2012.

DE PIERRE GODEAU. AVEC GUILLAUME GALLIENNE, ADÈLE EXARCHOPOULOS, STÉPHANIE CLÉAU. 1H50. SORTIE: 16/03.

Nos partenaires