Critique ciné: Dom Hemingway

22/04/14 à 16:39 - Mise à jour à 16:39

Source: Focus Vif

COMÉDIE POLICIÈRE | C'est l'histoire de Dom Hemingway, truand fort en gueule sinon en jugeote; un accent cockney à couper au couteau et une tronche à s'enfiler des pintes de lager sans modération, mais aussi, surnageant dans la mousse, quelques principes.

Critique ciné: Dom Hemingway

Dom Hemingway - Jude Law © Fox Searchlight Pictures

Si bien qu'après avoir passé douze ans à l'ombre pour avoir su garder le silence, le gaillard, par ailleurs expert dans l'art de percer les coffres-forts, est bien décidé à récupérer sa part du gâteau, quelles qu'en soient les conséquences...

OEuvre d'un cinéaste... new-yorkais, Dom Hemingway s'inscrit pourtant dans une tradition déjà longue de polars anglais teigneux maniant l'humour à froid -celle du Michael Caine de Get Carter, récemment recyclée par Guy Ritchie et consorts. Si son scénario ne brille pas par son originalité, classique dans son escalade, avant d'opérer un revirement sensible, le film trouve un atout maître dans la prestation monumentale de Jude Law, pour le moins inattendu dans le rôle-titre. De son ahurissant monologue d'ouverture asséné face caméra à ses agissements à suivre, tout de vulgarité assumée et de méchanceté vicieuse, l'acteur tord son image avec un aplomb vorace et une jubilation communicative. Sa prestation est un pur régal, rehaussé par la présence du trop rare Richard E. Grant. De quoi éclipser les facilités d'une comédie policière volontiers outrancière, qu'une bande-son féroce, courant du I Want Everything des Godfathers au Debaser des Pixies, en passant par le Ace of Spades de... Motörhead, achève de profiler en petit bonheur au parfum délicieusement vintage pour le coup.

  • DE RICHARD SHEPARD. AVEC JUDE LAW, RICHARD E. GRANT, DEMIAN BICHIR. 1H34. SORTIE: 23/04.

Nos partenaires